Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

jeudi 31 août 2017

Georges Braque

 13 mai 1882 31 août 1963

 Ce qui me rapproche de Georges Braque :

« L'art est une blessure qui devient lumière ».

« La peinture est de plus en plus proche de la poésie, maintenant que la photographie l'a libérée du besoin de raconter une histoire ». Extrait d'une Lettre à Guillaume Apollinaire

« L’art est fait pour troubler. La science rassure ».


Parmi ses Œuvres d'art :


Instruments de musique

Recherche associée :


Georges Braque et l’aventure du cubisme

Braque était aussi discret que Picasso savait se montrer exubérant. Le Grand Palais réunit deux cent cinquante toiles du théoricien de la forme, à l'origine, controversée, du cubisme. En savoir +

Maurice Pialat

31 août 1925 - 11 janvier 2003

Ce qui me rapproche de Maurice Pialat :

La peinture


Reportage. Le cinéaste Maurice PIALAT était aussi peintre et le Grenier des Grands Augustins expose une quarantaine de ses tableaux.

Un commentaire sur images factuelles et sur images d'archives alterne avec les interviews de Sylvie PIALAT, épouse de Maurice Pialat, de Bernadette LAFONT, comédienne, et de Gérard DEPARDIEU, comédien.


Dans sa filmographie :

Van Gogh est un film français de Maurice Pialat (sorti le 30 octobre 1991) interprété par Jacques Dutronc.


Recherche associée :





Charles Baudelaire


9 avril 1821 - 31 août 1867
                                                                                        
Ce qui me rapproche de Charles Baudelaire :


J'ai longtemps habité sous de vastes portiques
Que les soleils marins teignaient de mille feux
Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Les houles, en roulant les images des cieux,
Mêlaient d'une façon solennelle et mystique
Les tout-puissants accords de leur riche musique
Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,

Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
Et dont l'unique soin était d'approfondir
Le secret douloureux qui me faisait languir.




«Il est amer et doux, pendant les nuits d'hiver/ D'écouter près du feu qui palpite et qui fume,/ Les souvenirs lointains lentement s'élever/ Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.» 



Recherches associées :

 

Imaginer une exposition qui renoue le dialogue entre les textes du jeune poète et les oeuvres d’art qu’ils commentent, c’est offrir au visiteur l’occasion de pénétrer dans les grandes pages des Salons de 1845 et de 1846 qui font date dans l’histoire de la critique d’art… L’exposition explorera le paysage artistique des années 1840 en présentant, autour des artistes phares de l’époque – Delacroix, Ingres, Corot, Rousseau ou Chassériau – les peintres qui ont su lui plaire ou l’irriter. Elle permettra de découvrir la modernité que forge le poète face au nouveau Paris et aux langages artistiques en formation, incarnée par la génération montante et la figure de Manet. En savoir +

INFLUENCE ET AUTEURS PROCHES DE Charles Baudelaire


Arthur Rimbaud

Paul Verlaine

Stéphane Mallarmé

Victor Hugo

Edgar Allan Poe

Jacques Prévert

Boris Vian


J'ai offert ce potrait à

Jean-Louis Murat qui voit Baudelaire comme l’antidote à l’hypocrisie ambiante, le plus apte à distiller dans nos veines le délicieux poison."

"JLM a eu la bonne idée de s’immerger dans l’océan baudelairien, s’y empoisonner afin de se laisser aller à l’étape indispensable pour tout artiste qu’il soit chanteur, écrivain, musicien, peintre : l’imprégnation."




à la coopérative de mai en 2007



Sa dédicace :

                                                              

Vladimir Jankélévitch

31 août 1903 - 6 juin 1985

Ce qui me rapproche de Vladimir Jankélévitch :

"L'homme est infiniment grand par rapport à l'infiniment petit et infiniment petit par rapport à l'infiniment grand ; ce qui le réduit à zéro."

"Il faut passionner les masses pour les organiser."

"La violence : une force faible."
"Le pur et l'impur"  (Extrait)

"Le meilleur des mondes n'est que le moins mauvais."
"Le Pardon" (Extrait)

"Quand on pense à quel point la mort est familière, et combien totale est notre ignorance, et qu'il n'y a jamais eu aucune fuite, on doit avouer que le secret est bien gardé !"
"La mort" (Extrait)


J'ai offert ce portrait à
Catherine Clément.

Ce qui me rapproche d'elle :

"L’essentiel dans la vie c’est le bonheur ! Pour y parvenir, il faut savoir suspendre le temps. Le yoga de postures peut être une aide considérable pour parvenir à cet état de fait." En savoir +

mercredi 30 août 2017

Théophile Gautier

30 août 1811 - 23 octobre 1872

Ce qui me rapproche de Théophile Gautier :

"Les Néréides"

“On peint avec le coeur et la tête plus qu’avec les mains.”

“Le critique qui n'a rien produit est un lâche.”

“Chaque heure fait sa plaie et la dernière achève. ”

“Naître, c'est seulement commencer à mourir.”
 L'horloge (Extraits)

“Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer.”

“Peu avant sa mort, on lui dit : Mon cher Maître, vous êtes solide comme un chêne. Il répondit : Pour le tronc, ça va ; c'est le gland qui m'inquiète !”

“Le beau dans son essence, c'est Dieu.”
L'art 

“Dieu ne donne rien, il prête seulement ; et comme un créancier oublié, il vient parfois redemander subitement son dû.”
L'Enfant aux souliers de pain


 À DEUX BEAUX YEUX


Vous avez un regard singulier et charmant ; 

Comme la lune au fond du lac qui la reflète, 
Votre prunelle, où brille une humide paillette, 
Au coin de vos doux yeux roule languissamment ;

Ils semblent avoir pris ses feux au diamant ; 
Ils sont de plus belle eau qu'une perle parfaite, 
Et vos grands cils émus, de leur aile inquiète, 
Ne voilent qu'à demi leur vif rayonnement.

Mille petits amours, à leur miroir de flamme, 
Se viennent regarder et s'y trouvent plus beaux, 
Et les désirs y vont rallumer leurs flambeaux.

Ils sont si transparents, qu'ils laissent voir votre âme, 
Comme une fleur céleste au calice idéal 
Que l'on apercevrait à travers un cristal.

Recherches associées :
Charles Baudelaire
Théophile Gautier, Vie et Oeuvre de Théophile Gautier

On refuse d'habitude à Théophile Gautier une place de premier plan parmi les écrivains de son temps et, en dehors de son Capitaine Fracasse, on ne le lit plus guère. L'auteur de Mademoiselle de Maupin et du Roman de la momie reste pourtant à la croisée des courants littéraires du XIXe siècle puisque, parti du romantisme flamboyant, il allait devenir en quelque sorte le fondateur du Parnasse, et l'inspirateur de la génération de 1850, parmi lesquels Théodore de Banville, Gustave Flaubert, et surtout Charles Baudelaire qui lui consacre ici une brève biographie. Le texte de l'auteur des Fleurs du mal est précédé d'une lettre de Victor Hugo.

mardi 29 août 2017

Ingrid Bergman


29 août 1915 29 août 1982 

Ce qui me rapproche d'Ingrid Bergman :

·         “Un baiser est un tour délicieux conçu par la nature pour couper la parole quand les mots deviennent superflus.”

« Be yourself. The world worships the original. »

J'ai offert ce portrait à



Résumé :

« L'essentiel dans la vie, lui avait appris Rossellini, ce n'était pas l'exactitude, mais les libertés qu'on prenait et qui ne s'accommodaient pas toujours de la vérité. » Rossellini, un des trois personnages de ce roman, place la liberté – la sienne d'abord – au-dessus de tout. C'est ainsi qu'ayant promis à sa tyrannique maîtresse, Anna Magnani, le premier rôle de son prochain film, le voilà qui, par calcul puis par amour, l'offre à une Ingrid Bergman lasse des productions hollywoodiennes et prête à risquer sa carrière et sa vie personnelle pour ce cinéaste de génie. Les Enchaînés (TP) raconte les amours scandaleuses de Roberto Rossellini et Ingrid Bergman mais, aussi, l'étrange guerre cinématographique qui en a découlé : alors que Rossellini filme Ingrid Bergman dans Stromboli , au même moment, sur l'île voisine, Anna Magnani réplique en tournant Vulcano sous la direction de Dieterle : deux scénarios jumeaux, deux tournages chaotiques, deux actrices, deux volcans. Mais peut-il y avoir un vainqueur dans cette guerre des volcans ? François-Guillaume Lorrain fait magistralement revivre le cinéma et le climat d'après guerre et parvient à approcher le mystère de trois grandioses personnalités, éprises de liberté et affranchies des conventions : Rossellini, Bergman et Magnani. "


Rome, 1949. L'une des plus scandaleuses histoires d'amour du cinéma voit le jour, la liaison entre Roberto Rossellini et Ingrid Bergman. Une passion qui déclenche une étrange guerre cinématographique : alors que Rossellini filme Ingrid Bergman dans Stromboli, au même moment, sur l'île d'à côté, Anna Magnani, la maîtresse trahie de Rossellini, réplique en tournant Vulcano sous la direction de Dieterle : deux scénarios voisins, deux tournages chaotiques, deux actrices face à face. Ce roman, plein de bruit et de fureur, fait magistralement revivre le cinéma et le climat d'après-guerre. François-Guillaume Lorrain, en approchant le mystère de trois monstres sacrés, met en scène le désir de liberté et la beauté de ceux qui risquent tout pour rester eux-mêmes. 


"La fin d'une histoire d'amour, c'est une liste de choses qu'on accomplira plus ensemble"

« Il savait que le temps ne comptait pas, que des existences pouvaient basculer d’un jour à l’autre. »

« Toucher le silence… Elle s’aperçut que de toute sa vie, elle n’y était jamais parvenue. Elle n’avait même jamais essayé. »

« Mais pendant que je peins, je touche le silence. »

« Elle s’était mise aux proverbes. Une Magnani de perdue, dix de retrouvées. Il faut se méfier de la Magnani qui dort »


L'hommage de François-Guillaume Lorrain :

Recherches associées :


HOMMAGE A INGRID BERGMAN, AVEC FANNY ARDANT, ISABELLA ROSSELLINI ET GERARD DEPARDIEU

Résumé :  Ce spectacle exceptionnel consacré à l’une des plus grandes actrices du XXe siècle propose un ensemble de souvenirs, lettres, photos et vidéos, dont certaines personnelles et inédites, permettant de découvrir l’intimité de l’artiste et de la femme derrière la légende du cinéma.




***

Autre anniversaire de naissance : Charlie Parker (1920)


Ils nous ont quittés un 29 août : Ingrid Bergman (1982), Stringer Davis (1973), ...