Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

jeudi 4 mai 2017

Audrey Hepburn

4 mai 1929 - 20 janvier 1993

C’est l’histoire d’une actrice devenue une légende. En plus de sa philanthropie, Audrey Hepburn a marqué son époque par son élégance, sa sophistication et sa classe. Rien d’étonnant à ce que ses mots aient traversé tant d’époques.

Ce qui me rapproche d'Audrey Hepburn :

 Retour sur quelques unes de ses phrases fétiches.


"La beauté d’une femme n’est pas dans les vêtements qu’elle porte, la figure qu’elle affiche ou la manière dont elle se coiffe les cheveux. La beauté d’une femme se voit dans ses yeux car ils sont la porte de son coeur, l’endroit où réside son amour."

"L’argent en lui-même n’a jamais rendu personne heureux. Mais il m’a toujours donné un vrai sentiment de sécurité, ce qui a renforcé ma capacité à être heureuse."

"L’élégance est la seule beauté qui ne se fane jamais."

"Aux autres, je donne le droit d’être comme ils sont. À moi, je me donne le devoir d’être chaque jour meilleure."

"Je crois au rose. Je crois que rire est le meilleur exercice possible. Je crois qu’il faut s’embrasser, s’embrasser beaucoup. Je crois qu’il faut rester fort quand tout semble aller mal. Je crois que les filles heureuses sont les plus belles. Je crois que demain est un autre jour et que les miracles existent."

"Pensez-y : si un jour vous avez besoin d’une main secourable, vous en trouverez une à chaque bout de vos bras. En vieillissant vous rendrez compte que vous avez 2 mains, l’une pour vous aider vous- même, l’autre pour aider les autres."

"La beauté d’une femme n’est pas dans son maquillage, mais dans la vraie beauté de son âme. C’est la tendresse qu’elle donne, l’amour, la passion qu’elle exprime."

"Les gens, encore plus que les choses, ont besoin d’être rétablis, ravivés, récupérés, et pardonnés ; ne rejetez jamais quelqu’un."


Recherche associée :
Résumé :

1964. Dublin. Mel Ferrer, le mari d'Audrey Hepburn, organise une rencontre entre la jeune femme et celui qu'elle n'a pas vu depuis près de trente ans, Joseph, son père, qui avait abandonné sa famille pour mieux embrasser ses idéologies fascistes et dont la trace s'est perdue dans le fracas de la seconde guerre mondiale. 


Vacances Romaines, Sabrina, Diamants sur Canapé ont fait d'Audrey Hepburn l'une des icônes d'Hollywood et l'objet de tous les regards, mais en filigrane de cette réunion se dessinent sa personne secrète et les pans de vie qu'elle a voulu sublimer : la mémoire de l'Occupation, une survie miraculeuse, une vocation contrariée de danseuse, des doutes et fêlures qui ne rendent que plus inconditionnel son désir de donner et de vivre. 

Par-delà les triomphes et les fantômes, c'est une femme aussi fragile que volontaire et terriblement exigeante envers elle-même, implacablement humble et anxieuse que Clémence Boulouque s'attache à dépeindre avec une austère douceur.


Extrait :

« Un jour, elle dirait à un journaliste :" Les gens, plus encore que les objets, doivent être restaurés, réhabilités. Il faut leur redonner vie, les faire revenir à soi, et leur pardonner; ne jamais jeter quiconque."

« Elle s'accordait parfois ce privilège lors d'entretiens : des secrets en plein jour, dissimulés en une phrase vague, pour un destinataire précis. » La chronique de Gérard Collard


Ils sont nés un 4 mai : Ernest Dagonet (1856), Jacques Lanzmann (1927), Roland Giguère (1929), Yves Lecoq (1946),    …

Ils nous ont quittés un 4 mai : Stefano Maria Legnani (1715), Joseph Joubert (1824), Camille Moreau-Nélaton (1897), Henri Bosco (1976), Victor Lanoux (2017), …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire