Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

mardi 22 août 2017

Claude Debussy

22 août 1862 - 25 mars 1918 

Ce qui me rapproche de Claude Debussy :
Extraits :

« La musique doit humblement chercher à faire plaisir, l'extrême complication est le contraire de l'art.»

« N’écoute les conseils de personne, sinon du vent qui passe et nous raconte les histoires du monde. »

« Je n'aime pas les spécialistes. Pour moi, se spécialiser, c'est rétrécir d'autant son univers. »


Recherches associées :

Centre de documentation Claude Debussy


Résumé :

Ecrit au soir de sa vie, ce livre du grand compositeur et écrivain sur la musique que fut André Boucourechliev fait le point sur l’un des musiciens qu’il a le plus aimé pour le caractère singulier de son œuvre, située à la naissance du siècle et qui inaugure sa modernité.
Car bien plus qu’à Stravinsky ou à Schoenberg, c’est en effet, selon lui, à Debussy que l’on doit la révolution musicale la plus profonde et la plus subtile du xxe siècle. Partant de cette conviction d’autant plus forte qu’elle s’est forgée au contact des langages esthétiques les plus avancés de notre époque, l’auteur s’est attaché ici à livrer certaines clés permettant d’appréhender l’univers et le style musical du compositeur.
Tout comme celui de Cézanne en peinture ou de Mallarmé en poésie, le projet de Debussy a bien été de réinventer la musique. Ignorant ces modèles hérités du classicisme que sont la symétrie, la périodicité, la continuité et le développement, sa modernité réside dans l’insaisissabilité de la forme et l’extrême plasticité de son écriture. S’y ajoute un prodigieux sens harmonique qui lui permet de s’affranchir dans une totale liberté des règles de la tonalité afin de privilégier avec un rare bonheur le son et le timbre.
En illustration de ces propos sur l’étonnante nouveauté du langage debussyste, plusieurs œuvres significatives puisées dans le catalogue pianistique, vocal, lyrique ou orchestral sont commentées à titre d’exemples, permettant de mieux pénétrer toute la saveur de sa poétique musicale et d’accéder par là à une écoute toujours plus émerveillée. En savoir +




Frédéric Chopin

Ludwig van Beethoven

Franz Liszt


J'ai offert ce portrait à :
Remy Cardinale, Pianiste.



Son hommage pour Claude Debussy :

mardi 15 août 2017

René Magritte

21 novembre 1898  -  15 août 1967

Ce qui me rapproche de René Magritte :

" Il n'y a pas de choix : pas d'art sans la vie. "

" Le Surréalisme, c'est la connaissance immédiate du réel. "

" Le progrès est une idée saugrenue. "

" L'idée de progrès est liée à la croyance que nous nous rapprochons du bien absolu, ce qui permet à beaucoup de mal actuel de se manifester. "

" Être surréaliste, c'est bannir de l'esprit le « déjà vu » et rechercher le pas encore vu. "

" L'objet de la poésie deviendrait une connaissance des secrets de l'univers qui nous permettrait d'agir sur les éléments. "

" Tout dans mes œuvres est issu du sentiment de certitude que nous appartenons, en fait, à un univers énigmatique. "

" La valeur réelle de l'art est en fonction de son pouvoir de révélation libératrice. "

" La liberté, c'est la possibilité d'être et non l'obligation d'être. "

" Mon seul désir est de m'enrichir de nouvelles pensées exaltantes. "

Recherches associées :

DESCRIPTIF

L'album de l'exposition retrace en images le parcours de cette exposition spectaculaire avec une sélection des oeuvres majeures éclairées de courts textes. Un ouvrage à destination du grand public, clair et concis. Version bilingue français / anglais.

4ème de couverture :

« On se demande souvent ce que cache ma peinture. Rien ! Je peins des images visibles qui évoquent quelque chose d'incompréhensible. ... Mais bien sûr, je ne puis empêcher les gens d'interpréter mes toiles. S'ils préfèrent essayer de traverser les murs plutôt que de passer par la porte, que voulez-vous que j'y fasse ? »

et


Extraits :

« L’essentiel c’est « la présence d’esprit » : que ce soit dans l’art ou dans la vie. « La présence d’esprit » est imprévisible. Notre soi-disant volonté ne la domine pas. Nous sommes dominés par « la présence d’esprit » qui révèle le présent comme un mystère absolu. »

« Les idées politiques ou les idées courantes à propos de l’art ne pourraient pas m’aider à peindre un tableau, ni à l’imaginer. Je ne suis donc pas « engagé » comme on l’entend généralement. La seule chose qui « m’engage » c’est le mystère du monde, définitivement je crois. »

« Les « portraits totaux » ne me semblent pas d’être regardés. Tous les renseignements qu’ils donnent sont indifférents. »



J'ai présenté ce portrait à Bernard Werber, l'auteur des "Fourmis".

Son hommage :

Ils sont nés un 15 août : Walter Scott (1771), Pierre Dac (1893), Aldo Ciccolini (1925), Nino Ferrer (1934), Régine Deforges (1935),   Pete York (1942), …

Ils nous ont quittés un 15 août : Paul Signac (1935), Allain Leprest (2011), …

Pierre Dac # 03

 15 août 1893 9 février 1975

Ce qui me rapproche de Pierre Dac :

« La véritable modestie consiste à ne jamais se prendre pour moins que ce qu'on estime qu'on croit qu'on vaut . »

« Il faut une infinie patience pour attendre toujours ce qui n'arrive jamais. »

« Quand ça ne tourne pas rond dans le carré de l'hypothénuse , c'est signe qu'il est grand temps de prendre les virages en ligne droite. »

« Il vaut mieux prendre ses désirs pour des réalités que de prendre son slip pour une tasse à café . »

Recherche associée :
En savoir +


"Une pensée pour ce bienfaiteur du non-sens hilarant, résistant en temps de guerre à la tyrannie nazie. Et, en temps de paix, à l'imbécillité la plus ordinaire. Une pensée aussi pour ces Arrière-pensées tout à fait d'actualité." Pierre Georges, Le Monde


J'ai offert ce portrait à : 

Une pensée de sa part pour Pierre :

"Pierre Dac n'est pas seulement un humoriste. Digne successeur de Pascal, il est aujourd'hui considéré comme un philosophe du vingtième siècle. Ses Pensées en constituent la preuve flagrante. Ecrites au début des années trente, mais seulement enregistrées à la fin des années soixante, elles font maintenant partie du langage populaire et figurent même au programme des classes de français, dans certains lycées."


Son hommage :


Retrouvons Pierre Dac dans « Le Fakir RabindranathDuval »


Ils sont nés un 15 août : Walter Scott (1771), Aldo Ciccolini (1925), Nino Ferrer (1934), Régine Deforges (1935),   Pete York (1942), …

Ils nous ont quittés un 15 août : Paul Signac (1935), René Magritte (1967), Allain Leprest (2011), …

Allain Leprest

3 juin 1954 - 15 août 2011

Ce qui me rapproche d'Allain Leprest :


Nu

Nu, j'ai vécu nu
Naufragé de naissance
Sur l'île de Malenfance
Dont nul n'est revenu.

Mais Nu, j'ai courru nu
Dans des vignes sauvages
Gonflées de vin d'orage
Et de corsages émus.

Nu, vieil ingénu
J'ai nagé dans tes cieux
Depuis des terres de feu
Jusqu'aux herbes ténues

Nu, j'ai pleuré nu
Dans la buée des miroirs
Le coeur en gyrophare
Qu'est-ce qu'on s'aimait, Samu...

Nu, j'ai vécu nu
Sur le fil de mes songes,
Ce tissu de mensonges,
Mon destin biscornu.

Mais nu, je continue
Mon chemin de tempête
En gueulant à tue-tête
La chanson des canuts.

Nu, je suis venu
Dépouillé de mon ombre
J'voulais pas être un nombre
Je le suis devenu...

Nu, je suis venu 
Aux quatre coins des gares
Clandestin d'une histoire
Qui n'a plus d'avenue.

Nu, je suis venu
Pour voler en passant
Un globule de sang
Un neutrone des nues

Mais nu, le torse nu,
Je voudrais qu'on m'inhume
Dans mon plus beau posthume
Pacifiste inconnu

"S.D.F." - Allain Leprest 


Recherche associée :

« Toute une génération de chanteurs d’ici, de Kent à Loïc Lantoine, en passant par Enzo Enzo, de rendre régulièrement hommage à ce maître en goualante rimailleuse qui oeuvre depuis vingt cinq années avec constance et superbe. Il existe un mystère Leprest. Il est l'un des plus grands auteurs de la chanson, salué comme un géant par ses pairs - une quinzaine d'interprètes, d'Olivia Ruiz à Sanseverino, l'ont chanté l'an passé (1) -, mais il reste obstinément méconnu du grand public. L'homme n'a rien contre : il cultive ses marges et sa vie pas cadrée. Il serait temps, pourtant, qu'il sorte enfin de l'ombre médiatique pour que sa poésie cabossée parvienne au plus grand nombre. Car il est capable de chansons magiques, et même magistrales, d'un lyrisme sans emphase qui insuffle aux mots du quotidien une bouleversante poésie. Le coeur du chanteur semble battre dans chacun de ses vers qui, sous une pudeur absolue, suggèrent les sentiments les plus brûlants. » --Télérama
J'ai offert ce portrait à


 Son album


"Leprest, c’est mon papa de métier, c’est lui qui m’a mis un peu le pied à l’étrier. Mon entrée dans le boulot c’était de coécrire avec Allain des chansons pour le chanteur Jehan. C’était pour moi hallucinant parce qu’ils étaient mes deux artistes français préférés, chacun dans leur domaine. Avec Allain, on s’est côtoyé jusqu’à sa mort. "
 Sa dédicace (sur le montage photo) en 2015 :

Ils sont nés un 15 août : Walter Scott (1771), Pierre Dac (1893), Aldo Ciccolini (1925), Nino Ferrer (1934), Régine Deforges (1935),   Pete York (1942), …

Ils nous ont quittés un 15 août : Paul Signac (1935), René Magritte (1967),

lundi 14 août 2017

Willy Ronis

 14 août 1910 - 12 septembre 2009

Ce qui me rapproche de Wily Ronis :

"J'ai acquis tôt la conviction de ma naïve assurance, que je devais mener mon parcours en demeurant vigilant et sincère. Qu'ainsi ma voix se ferait peut-être entendre, avec son propre timbre, au milieu du choeur de ceux qui chantaient en même temps que moi."

 Dans l'actualité :

En savoir +

Parmi ses oeuvres :

Nu provencal

"Je bricole au grenier, il me manque une certaine truelle restée au rez-de-chaussée.
Je traverse l'escalier de pierre qui traverse notre chambre au premier.
Sortie de sa sieste, Marie-Anne s'ébroue dans la cuvette (on va chercher l'eau à la fontaine).
Je crie "Reste comme tu es !" mon Rolleiflex est sur une chaise, tout près.

Je remonte trois marche et fais quatre prises, les mains tachées de plâtre.
C'est la deuxième que j'ai choisi, le tout n'a pas duré 2 minutes.

C'est ma photo fétiche, parue depuis lors sans discontinuer, ici et partout.

Le miracle existe, je l'ai rencontré". W. R.

Sa réponse :



dimanche 13 août 2017

Eugène Delacroix

26 avril 1798 - 13 août 1863

Ce qui me rapproche d'Eugène Delacroix :

"L'homme, voyez-vous, et j'y persiste, est une vilaine et affreuse bête. L'affreux moi, c'est-à-dire l'amour-propre, l'intérêt, tous ces monstres qui nous empêchent d'être bons, c'est-à-dire de nous aimer dans les autres sont toujours là, près de nous...".

J'ai réalisé cette sanguine en la mémoire de René Huyghe pour :



Sa dédicace



Recherches associées : 




Alfred Hitchcock est né le 13 août 1899.

Ils nous ont quittés un 13 août : Jules Massenet (1912),
Nino Ferrer (1998), Françoise Mallet-Joris (2016), …

samedi 12 août 2017

John Cage

5 septembre 1912  -  12 août 1992

Ce qui me rapproche de John Cage :


Le silence fonctionnel

« Pour Cage, le silence est avant tout une recherche de la neutralité contre toute influence. Bien loin de se replier vers une forme de renoncement face à ses responsabilités, l'acte de se taire devient alors un atout pour le compositeur. Le silence possède alors une fonction : celle de laisser dire ce qui doit être dit. Comme une fenêtre ouverte sur la nature, il permet la prise de conscience de l'altérité. Le silence offre sa transparence à l'oreille de l'auditeur. » En savoir +


« Gratitude bestows reverence, allowing us to encounter everyday epiphanies, those transcendent moments of awe that change forever how we experience life and the world. »


« He who reigns within himself and rules passions, desires, and fears is more than a king. »



« Give me the liberty to know, to utter, and to argue freely according to conscience, above all liberties. »



« Death is the golden key that opens the palace of eternity. »


« The stars, that nature hung in heaven, and filled their lamps with everlasting oil, give due light to the misled and lonely traveller. »

« He that has light within his own clear breast May sit in the centre, and enjoy bright day: But he that hides a dark soul and foul thoughts Benighted walks under the mid-day sun; Himself his own dungeon. »

« Confusion heard his voice, and wild uproar Stood ruled, stood vast infinitude confined; Till at his second bidding darkness fled, Light shone, and order from disorder sprung. »

« Who kills a man kills a reasonable creature, God's image, but thee who destroys a good book, kills reason its self. »


John Cage - Ocean of Sounds

Recherches associées :

A la rencontre de John Cage et Merce Cunningham (Orsay)

artsy


Ils sont nés un 12 août : Jean Nouvel (1945), Mark Knopfler (1949), Pat Metheny (1954), Tanita Tikaram (1969),  …

Ils nous ont quittés un 12 août : William Blake (1827), Jean-Michel Basquiat (1988), Luther Allison (1997), Jean Carzou (2000), Pierre Klossowski (2001),  …