Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

lundi 30 mai 2016

Voltaire

 21 novembre 1694 - 30 mai 1778

Ce qui me rapproche de François-Marie Arouet, dit
 Voltaire :

« La plupart des hommes sont comme la pierre d'aimant : ils ont un côté qui repousse et un autre qui attire. »

« Dans tous les temps, et dans tous les pays, et dans tous les genres, le mauvais fourmille, et le bon est rare. »

« Tel est le fanatisme : c'est un monstre sans cœur, sans yeux et sans oreilles. Il ose se dire le fils de la religion. »

« Notre existence est un point, notre durée un instant, notre globe un atome. À peine a-t-on commencé à s'instruire un peu que la mort arrive avant qu'on ait de l'expérience. »

 « Puissent tous les hommes se souvenir qu'ils sont frères, qu'ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes... »

Recherche associée : 


Résumé :

On sait tout de Candide, sauf une chose : quel rapport l'auteur avait-il avec ses personnages ? Les a-t-il imaginés ou connus ? A-t-il partagé certaines de leurs aventures ? Est-il caché dans un coin du roman pour les observer ? Ce regard que Voltaire pouvait porter de l'intérieur sur sa création, c'est justement celui qu'au-delà des connaissances acquises, on a eu l'audace de tenter de porter sur Candide. Cette édition change l'interprétation du plus étudié, mais aussi du plus secret des contes voltairiens. Il s'y présente de façon nouvelle. Ce n'est plus seulement, comme on l'a dit, un "catalogue de tous les malheurs humains", mis au service d'une campagne "philosophique" contre la doctrine de la providence. C'est, dans sa genèse et dans sa structure, un voyage sentimental au pays de la mémoire.


Recherche associé :




Il faut se rendre à ce palais magique
Où les beaux vers, la danse, la musique,
L'art de tromper les yeux par les couleurs,
L'art plus heureux de séduire les coeurs,
De cent plaisirs font un plaisir unique.
Il va siffler quelque opéra nouveau,
Ou, malgré lui, court admirer Rameau. 
Allons souper. Que ces brillants services, 
Que ces ragoûts ont pour moi de délices ! 
Qu'un cuisinier est un mortel divin ! 
Chloris, Églé, me versent de leur main 
D'un vin d'Aï dont la mousse pressée, 
De la bouteille avec force élancée, 
Comme un éclair fait voler le bouchon ; 
Il part, on rit; il frappe le plafond. 
De ce vin frais l'écume pétillante 
De nos Français est l'image brillante. 
Le lendemain donne d'autres désirs, 
D'autres soupers, et de nouveaux plaisirs.

(Le Mondain, satires, 1736)



Michel Simon nous a quitté le 30 mai 1975.

vendredi 27 mai 2016

Vincent Price

105ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Vincent Price :

“A man who limits his interests limits his life.” 

“What's important about an actor is his acting, not his life.” 

Recherche associée :


Most art books (and this isn’t one) discuss the artist’s date of birth, his background, his teacher, and  endless, detailed depictions of his work…I want the readers to question themselves as I have  questioned myself, in my desire to know the art of the past and, at the same time, accept and get to  know the art of today and to be ready for the art of tomorrow." - Vincent Price

One thing is certain: the arts keep you alive. They stimulate, encourage, challenge, and, most of all, guarantee a future free from boredom. They allow growth and even demand it in that time of life we call maturity but too often enter it with a childish faith that what we learned in youth is sustenance enough for the years when most men are mentally famished but won't admit it—or when they are apt to curb their hunger with the sops of complacency, security, and the assurance of death.”

“After all, a love of art is a fine thing for a young boy, but art is long—and life can be pretty damned long too, without our just desserts!” 

Ce portrait sera pour


On pourrait croire que Johnny Depp est l'acteur préféré de Tim Burton, mais en réalité, c'est à Vincent Price qu'il doit son amour du cinémaBien qu'il n'ait quasiment joué que dans des films d'horreur de série B, il est resté célèbre pour sa voix caverneuse et ses expressions faciales inimitables –et d'ailleurs, bien souvent surjouées. C'est en regardant les nombreuses adaptations de nouvelles d'Edgar Allan Poe dans lesquelles Vincent Price apparaissait que Tim Burton a forgé, tout jeune, son imagination. Il lui a dédié son premier court-métrage d'animation, 
Vincent, et lui offrira l'un de ses derniers rôles au cinéma, celui de l'inventeur dans Edward aux mains d'argent.

« Vincent Price, Michael Gough ou Christopher Lee sont des mythes de mon enfance. Devenu réalisateur, j’ai eu l’immense privilège de les rencontrer et de les faire tourner. J’aime, bien sûr, les écouter parler de la grande époque des films fantastiques. Mais souvent, il me suffit d’être à leurs côtés. »  — Tim Burton, L’Événement du Jeudi, 10 au 16 février 2000

Autres anniversaires de naissance : Christopher Lee (1922), Alain Souchon (1944)...

jeudi 26 mai 2016

Mick Ronson

70ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Mick Ronson :

« I was never really a writer, I was always more of a performer. » 

MICK RONSON & DAVID BOWIE - Moonage Daydream 

Recherches associées :

  
  
  


Autre anniversaire de naissance : Mehdi (1956) 

dimanche 22 mai 2016

Victor Hugo



26 février 1802 - 22 mai 1885

Ce qui me rapproche de Victor Hugo :

"Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule."

"La nuit, on pense mieux, la tête est moins pleine de bruit."

J'ai offert ce portrait à


Alain Decaux

pour saluer sa passion :


Au sujet d'Alain Decaux, François Mauriac écrivait dans Le Figaro littéraire :

«C'est un conteur comme il n'y en a plus. Il sait de quoi il parle, il est informé de tout ce qui concerne son sujet mais il garde le ton de l'enfance : “Il y avait une fois…”»

«L'objectivité de l'historien n'existe pas.» A.D.


Sa réponse :



Hergé

109ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche d'Hergé :

  • Les aventures de Tintin, tome 19 : Coke en stock 
Au large, flibustier ! ... Hors de ma vue, gibier de potence ! ... Sapajou ! ... Marchand de tapis ! ... Paranoïaque ! ... Moule à gaufres ! ... Cannibale ! ... Ornithorynque ! ... Boit-sans-soif ! ... Bachi-bouzouk ! ... Antropophage ! ... Cercopithèque ! ... Schizophrène ! ... Heu ... Jocrisse ! ...Pirate ! ... Ectoplasme ! ... Coloquinte ! ... Rapace ! ... Trompe-la-Mort ! ... Ostrogoth ! ... Vandale !

Les Aventures de Tintin, tome 12 : Le Trésor de Rackham le Rouge

PROFESSEUR TOURNESOL : Tirez !... Allez-y, tirez !...
CAPITAINE HADDOCK : Mais c'est ce que je fais, tonnerre de Brest ! Est-ce que j'ai l'air de jouer du cornet à pistons, par hasard ?...

  • Les aventures de Tintin, tome 16 : Objectif lune 
- Comment, Professeur, c'est la pipe du capitaine qui vous sert de cornet acoustique, à présent?... La pipe du capitaine!... LA PIPE DU CAPITAINE !
- Saperlipopette ! mais c'est la pipe du capitaine, ça !... Il me semblait bien que je n'entendais plus aussi clairement...

Les Aventures de Tintin, tome 12 : Le Trésor de Rackham le Rouge

PROFESSEUR TOURNESOL : Dites, Capitaine, est-ce un poisson, cet animal qui vient de sauter hors de l'eau, là-bas ?...
CAPITAINE HADDOCK : Non, c'est un piano à queue !...

Les aventures de Tintin, tome 18 : L'Affaire Tournesol 

Haddock à Lampion : " [...] j'ai toutes les assurances possibles et imaginables...Oui, toutes !...Je suis assuré sur la vie, contre les accidents, contre la grêle, la pluie, les inondations, les raz-de-marée, les tornades ; contre le choléra, la grippe et le coryza ; contre les mites, les termites et les sauterelles...Toutes, je vous dis !...La seule assurance qui me manque, c'est une assurance contre les casse-pieds !"

J'ai offert cette sanguine à





Dans "Hergé fils de Tintin", Il explique son intérêt pour HERGÉ, quelqu'un de très compliqué, dépressif, qui se cachait derrière Tintin. Extrait de "Ouvrez les guillemets" avec HERGÉ. Benoit PEETERS rappelle, avec malice, que Tintin est un non personnage, devenu symbole de la Belgique, alors qu'il fuit son pays dès la première aventure.


Recherches associées :


Exposition organisée par Moulinsart et la Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

Description 


LA DYNAMIQUE CRÉATRICE D’HERGÉ


La dédicace de Benoît Peeters :



Ils nous ont quittés un 22 mai : Victor Hugo (1885), Jules Renard (1910)...

samedi 21 mai 2016

Albrecht Dürer

545ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de lui :

« Je n'aime pas entreprendre trop de choses à la fois, pour ne pas en être rebuté. »
Albrecht Dürer, lettre du 28 août 1507 à Jacob Heller
(marchand de Francfort, client du PEINTRE).
« Une peinture fait plus de bien que de tort, lorsqu'elle est bien exécutée, avec art et probité. »
Albrecht Dürer,
Instruction sur la manière de mesurer avec la règle et le compas (1525).

« L'art de la peinture ne peut être bien compris que par ceux qui eux-mêmes sont de bons PEINTREShttp://cdncache1-a.akamaihd.net/items/it/img/arrow-10x10.png. »
Albrecht Dürer, Traité des proportions du corps humain (1528).

A voir :

Le musée Hôtel Le Vergeur à Reims (51100) abrite notamment deux séries complètes originales de gravures sur bois d'Albrecht Dürer – l'Apocalypse selon Saint-Jean et la Grande Passion – données en 1967 par les familles Chatelin-Charbonneaux. 


Autres anniversaires de naissance : Maurice André (1933), Antoine de Maximy (1959), ...

Ils nous ont quittés un 21 mai : Antoine Bourseiller (2013), Trevor Bolder (2013), ...

vendredi 20 mai 2016

Honoré de Balzac

 217ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche d’Honoré de Balzac :

« Un journal n'est plus fait pour éclairer, mais pour flatter les opinions. »

(Extrait)

&

« Il n’y a rien de plus triste qu’une vie sans hasard. »

« L’homme meurt une première fois à l’âge où il perd l’enthousiasme. »

« La musique s'adresse au cœur, tandis que les écrits ne   s'adressent qu'à l'intelligence ; elle communique immédiatement ses idées, à la manière des parfums. »

« Mourir par les toniques ou mourir par les narcotiques, qu'importe ! n'est-ce pas toujours la mort ? »

« Une lettre est une âme, elle est un si fidèle écho de la voix qui parle que les esprits délicats la comptent parmi les plus riches trésors de l'amour... »

Daniel Darc # 07

57ème anniversaire de sa naissance


Ce qui me rapproche de Daniel Darc :


« L'amour c'est la seule chose qui compte un peu. Comme la vérité. »

J'ai offert ce portrait à


Pierre Mikailoff pour son livre :


Résumé :

Le groupe Taxi Girl a marqué le début des années 1980 avec le tube « Cherchez le garçon ». Après un dernier hit en 1986, « Belle comme un balle », Daniel Darc et Mirwais se séparent. Mirwais effectue un retour spectaculaire en 2000 en produisant Madonna. Quant à Daniel, au bout d’une longue errance qui le mène un temps en prison, il rencontre la religion, mais aussi Frédéric Lo qui orchestre son retour inespéré en 2004 avec Crève-coeur, album qui lui vaudra une Victoire de la musique. 

En août 2007, Pierre Mikaïloff interviewe Daniel Darc. Deux mois plus tard, Daniel lui demande de l’aider à écrire son « I Need More », en référence à l’autobiographie d’Iggy Pop, l’un de ses héros. Les deux hommes entament alors une série d’entretiens où tous les aspects de la vie du chanteur sont abordés, mais qui resteront inédits. 
Pierre Mikaïloff apporte un éclairage nouveau sur le parcours tumultueux de Daniel Darc : le succès à 20 ans, l’alcool, la drogue, l’anonymat et la déchéance des années 1990, et une surprenante rédemption. Proche de tous ceux (musiciens, producteurs, amis, journalistes, managers, groupies…) qui ont connu Daniel de 1978 à sa disparition en février 2013, il a patiemment rassemblé les pièces du puzzle, livrant une biographie sans concession de celui qui lui avait un jour lancé : « N’écris pas une hagiographie. Quand j’ai fait des trucs moches, dis-le ! »

Pierre Mikaïloff vous présente son ouvrage "V2 sur mes souvenirs, à la recherche de Daniel Darc" aux éditions Castor astral

Sa lettre de remerciement :



Recherche associée :

Fnac.mix #2 - Bashung/Gainsbourg [Re]play Blessures

Pour cette deuxième édition de Fnac.mix, la Fnac a rendu hommage à deux monstres sacrés de la chanson française : Alain Bashung et Serge Gainsbourg. Une soirée exceptionnelle, construite autour d'un album mythique : « Play Blessures » (Universal) unique collaboration entre les deux génies des mots et du son. Enregistré le 28 mars 2011 au théâtre Marigny à Paris.


Un spectacle écrit par les deux journalistes et écrivains de rock Pierre Mikaïloff et Arnaud Viviant, et mis en musique par le compositeur et arrangeur Fred Lô et le groupe RoCoCo. Lu par Irène Jacob et interprété par Joseph d'Anvers, Florent Marchet, Axel Bauer, Boris Bergman, Barbara Carlotti, Alain Chamfort...



Fnac.mix est un nouveau rendez-vous prestigieux conçu par la Fnac comme un lieu d'échange, un espace de rencontres ouvert à tous les arts : musique, dessin, littérature, poésie, photo, cinéma...


jeudi 19 mai 2016

Ferdinand Holder

14 mars 1853 - 19 mai 1918


Ce qui me rapproche de Ferdinand Holder :

"L’art, c’est le geste de la beauté. Platon donne cette définition : « Le beau est la splendeur du vrai », ce qui veut dire que nous devons ouvrir les yeux et regarder la nature."


La Mission de l’artiste (1897)


Une oeuvre


Spring, 1901


Recherches associées




HODLER - MONET - MUNCH  

Du 15 septembre 2016 au 22 janvier 2017



Pourquoi réunir le temps d'une exposition Ferdinand Hodler, Claude Monet et Edvard Munch ?

Parce que ce sont des peintres essentiels de la modernité européenne, entre impressionnisme, post-impressionnisme et symbolisme. 

Parce que leurs œuvres s'avancent dans le  XXème siècle – jusqu'en 1918 pour Hodler, 1926 pour Monet et 1944 pour Munch- et qu'elles ont exercé une influence déterminante dans l'histoire de l'art. 

Mais, plus encore, parce qu'ils ont tous les trois affronté des questions de peinture en apparence insurmontables, avec la même constance et au risque d'être incompris. Comment peindre de face l'éclat éblouissant du soleil , avec de simples couleurs sur une simple toile? Comment peindre la neige ? Comment suggérer les mouvements et variations de la lumière sur l'eau ou sur le tronc d'un arbre, malgré l'immobilité de la peinture ?

«J’ai repris encore des choses impossibles à faire : de l’eau avec de l’herbe qui ondule dans le fond… c’est admirable à voir, mais c’est à rendre fou de vouloir faire ça.» 

Ces mots sont de Monet, mais ils pourraient  être ceux du peintre qui, jusqu'à sa mort,  s'obstine à étudier l'horizon des Alpes depuis sa terrasse, de l'aube au crépuscule – Hodler. Ou de celui qui revient inlassablement – jusqu'à la dépression- sur les mêmes motifs colorés, une maison rouge, des marins dans la neige, le couchant – Munch. 

Tous trois ont mis la peinture à l'épreuve de l'impossible.


Jacques Ellul

6 janvier 1912 - 19 mai 1994

Ce qui me rapproche de Jacques Ellul :

« la pein­ture a été obli­gée de chan­ger de cadre et de moyens d’ex­pres­sion pour échap­per à n’être qu’un ré­si­du des mé­dias vi­suels. Cela a d’ailleurs pro­duit des ef­fets ex­trê­me­ment heu­reux. Les peintres ont été obli­gés de trou­ver des formes nou­velles, et nom­breux sont quand même ceux qui ont su échap­per à l’imi­ta­tion pure et simple de la réa­li­té ou à la ten­ta­tion de par­tir dans le pur ima­gi­naire ou le sur­réel qui n’a pas de sens pour l’homme. Par contre il y a un cer­tain nombre de peintres qui ont su tra­duire un sur­réel qui n’était pas sim­ple­ment une éva­sion. J’at­tends de la pein­ture qu’elle m’ap­porte un sens du réel et pas sim­ple­ment sa re­pro­duc­tion. »


 « La pratique intensive de la télévision anesthésie l'acte réflexif de la conscience et inhibe la parole. Elle fait de la parole un acte résiduel. »
  • Le bluff technologique (1988), Jacques Ellul, éd. Hachette, coll. Pluriel, 2004, p. 281

« Je voudrais rappeler une thèse qui est bien ancienne, mais qui est toujours oubliée et qu'il faut rénover sans cesse, c'est que l'organisation industrielle, comme la « post-industrielle », comme la société technicienne ou informatisée, ne sont pas des systèmes destinés à produire ni des biens de consommation, ni du bien-être, ni une amélioration de la vie des gens, mais uniquement à produire du profit. Exclusivement. »
  • Le bluff technologique (1988), Jacques Ellul, éd. Hachette, coll. Pluriel, 2004, p. 571

« Par conviction spirituelle, je ne suis pas seulement non violent mais je suis pour la non-puissance. Ce n'est sûrement pas une technique efficace. (...) Mais c'est ici qu'intervient pour moi la foi. (...) On ne peut pas créer une société juste avec des moyens injustes. On ne peut pas créer une société libre avec des moyens d'esclaves. C'est pour moi le centre de ma pensée. »
  • Entretiens avec Jacques Ellul (1994), Jacques Ellul et Patrick Chastenet, éd. La Table Ronde, 1994, p. 52


J'ai offert ce portrait à 

Sa dédicace :