Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

mardi 23 février 2016

Paul Claudel # 02


6 août 1868 - 23 février 1955


Ce qui me rapproche de Paul Claudel :

« Qui hait l’Etre, il hait sa propre existence. »

Cinq grandes Odes (1911), Magnificat

« Le poème n’est point fait de ces lettres que plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier. »

Cinq grandes Odes (1911), Les muses

La Pluie (Extrait)

« Par les deux fenêtres qui sont en face de moi, les deux fenêtres qui sont à ma gauche, et les deux fenêtres qui sont à ma droite, je vois, j’entends d’une oreille et de l’autre tomber immensément la pluie. Je pense qu’il est un quart d’heure après midi : autour de moi, tout est lumière et eau. Je porte ma plume à l’encrier, et jouissant de la sécurité de mon emprisonnement, intérieur, aquatique, tel qu’un insecte dans le milieu d’une bulle d’air, j’écris ce poème… »


 J'offrirai ce portrait à




pour le spectacle "Sur le chemin de croix" de cet auteur

Ce qui me rapproche de lui :

« C'est un exutoire, le jeu de comédien. Et j'aime cette parole du Christ : « Si vous n'êtes pas comme les enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume. »  Les enfants jouent pour se construire, inventer, imaginer. Le jeu, c'est quelque chose de prodigieux. Etre acteur, c'est une façon de se soigner. Les artistes sont des gens qui ne supportent pas la vie telle qu'elle est. Ni ses contraintes ni ses lois. Ils cherchent à être autrement. »


Ses dernières dédicaces : 


Recherches associées :



Tél. : 03 26 82 72 50

samedi 20 février 2016

Claude Miller

74ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Claude Miller :

La seule arme des enfants contre le monde, c'est l'imaginaire.

« J'ai la prétention d'essayer de filmer ce qui est caché. »
A la question : « A quel stade de votre vie pourriez-vous envisager de ne plus faire de films ? »,  il répond : « A la dernière minute. » En savoir +

Recherche associée :

Claude Miller en six films

Autre anniversaire de naissance : Carlos (1943)

vendredi 19 février 2016

René Char

14 juin 1907 - 19 février 1988
Ce qui me rapproche de René Char :

« Il n'y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l'accomplit. »


« L'impossible, nous ne l'atteignons pas, il nous sert de lanterne. »

« Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. »

« L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. »

« Ne te courbe que pour aimer. Si tu meurs, tu aimes encore. »

(le poème pulvérisé).



Nos paroles sont lentes à nous parvenir,
comme si elles contenaient, séparées,
une sève suffisante pour rester closes tout un hiver ;
ou mieux,
comme si, à chaque extrémité de la silencieuse distance, 
se mettant en joue,
il leur était interdit de s’élancer et de se joindre.
Notre voix court de l’un à l’autre,
mais chaque avenue, chaque treille, chaque fourré,
la tire à lui, la retient, l’interroge.
Tout est prétexte à la ralentir.


Souvent je ne parle que pour Toi,
afin que la terre m’oublie.


Lettera amorosa : Suivi de Guirlande terrestre
(p33)
Dans sa bibliographie :




 Recherches associées :






Jacques Dufilho est né le 19 février 1914.

Charles Trenet nous a quitté le 19 février 2001.

Nicolas Copernic


543ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Nicolas Copernic :

L’art de défendre ses passions

“Les mathématiques ne sont écrites que pour les mathématiciens.”

“Si la dignité des arts était évaluée d'après les matières dont ils traitent, celui que certains appellent astronomie, d'autres astrologie... serait de beaucoup le plus haut.”

Le portrait sera pour 


Jean-loup Chrétien

Ce qui me rapproche de lui :

« Le ciel est à tous, à tout le monde… De l’espace, on ne voit pas de frontières ! Les frontières, c’est quelque chose d’artificielle…Mais cela amène des réflexions…»

Jean-Loup Chrétien est le premier astronaute français dans l'espace. 
Sélectionné en 1980 par le Centre National d'Etudes Spatiales, il effectue son premier vol en juin 1982 à bord de Soyouz T-6.
Il effectue une deuxième mission, d'un mois cette fois-ci, à bord de Soyouz TM-7 en nov-déc 1988 et effectue une EVA.
Il effectuera son 3ème vol à bord de la navette américaine Atlantis lors de la mission STS-86 en sept-oct 1997.
Il prend sa retraite en 2001.

Rencontre et interview réalisé lors de la Foire d'Automne de Paris le 17 octobre 2009 lors de la dédicace de son livre, écrit en collaboration avec Catherine Alric,




«Notre Terre est bien petite et ne nous paraît grande que parce que nous sommes des microbes grouillant à sa surface. Si nombreux que nous pouvons la mettre en péril... Dans ces conditions, le citoyen du monde est bien facile à imaginer. Ce n'est ni un cosmonaute, ni un astronaute. C'est tout simplement un être humain qui a la vision relative de l'immensité et du détail, la vision d'une Terre où une main, un pied maladroits peuvent, dans leurs actions, entraîner des conséquences bien plus terribles que ne le suppose le microbe propriétaire de ce pied ou de cette main...»


Sa dédicace :


mardi 16 février 2016

Jean Nohain

116ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Jean Nohain :


“La psychologie est la science qui vous apprend des choses que vous savez déjà en des termes que vous ne comprenez pas.”

«…  Chacun sur terre
Se fout, se fout,
Des petites misères
De son voisin du dessous.
Nos petites affaires
A nous, à nous
Nos petites affaires
C'est ce qui passe avant tout...
Malgré tout ce qu'on raconte
Partout, partout,
Qu'est-ce qui compte en fin de compte
Ce qui compte surtout c'est nous.
Chacun sur terre
Se fout, se fout,
Des petites misères
De son voisin du dessous. »

 QUAND UN VICOMTE (Extrait)
Paroles: Jean Nohain, musique: Mireille, 1935

Recherches associées :


Quatrième page : « Tu fais partie de ceux qui m’ont connu le plus longtemps et tu sais tout de ma vie. » Cette petite phrase de Jean Nohain, Yvonne Germain ne l’a pas oubliée. Qui pourrait mieux le connaître en effet ? Lors de leur première rencontre, elle a neuf ans. Elle est chanteuse et contrebassiste dans un orchestre d’enfants, le Baby-Jazz que Jean Nohain, dit Jaboune, lance sur les ondes du Poste Parisien.
Entracte : C’est la guerre. Engagé dans la 2e D.B., il est grièvement blessé à Strasbourg tandis que la jeune Yvonne participe au combat de ses parents dans la résistance. Dès 1947, elle fait partie des spectacles de la Compagnie Jean Nohain qu’elle ne quittera plus, sauf de façon sporadique.
Evoquant ses souvenirs personnels, apportant des témoignages tels ceux de la maréchale Leclerc, de Maurice Schumann, d’André Gillois, contant des anecdotes cocasses ou émouvantes où l’on retrouve Tristan Bernard, Pauline Carton, Fernand Reynaud, Mick Micheyl, Sim, Micheline Dax, Jean Amadou et tant d’autres, Yvonne Germain fait revivre aujourd’hui celui que tous pouvaient appeler : « Notre ami Jean Nohain. »
Maurice Germain




Autre anniversaire de naissance : Andy Taylor from Duran Duran (1961).

dimanche 14 février 2016

Darry Cowl # 10

27 août 1925 - 14 février 2006
  
 Ce qui me rapproche de Darry :

« Le public ressemble à une femme: on ne le trompe pas impunément. »

« L'esprit humain est comme un parapluie : il marche mieux lorsqu'il est ouvert.»

La musique :

Interview Piano bar de Darry Cowl

"Tout le monde en parle"


Pianiste reconnu, Darry COWL répond aux questions de Thierry ARDISSON pour une interview "Piano bar", (Extrait musique) c'est à dire qu'il joue au piano en improvisant tandis que l'animateur l'interroge. (Extrait chanson off).

Darry Cowl sur le piano

"PLUMES Z' ET PAILLETTES"


Présentation de Sonia KOLLMANN qui interviewe Darry COWL sur ses talents de pianiste (trois prix au Conservatoire de Paris). Il n'a pas fait de carrière musicale par crainte du trou noir.


Darry Cowl à propos de "Azaïs" et "Ca va pas être triste"

"CHAMPS ELYSEES"


Interviewé par Michel DRUCKER, Darry COWL parle du conservatoire qu'il a quitté à cause du trac, de la musique, de la pièce de Louis VERNEUIL "Azaïs" qu'il joue avec Marion GAMEet avec sa femme Rolande KALIS à l'Eldorado et du film de Pierre SISSER "Ca va pas être triste" dans lequel il incarne le rôle du maire d'un village où a eu lieu un hold up. Présence de Noëlle CORDIER.

Recherche associée :


"Le Bébé"

Trente six chandelles



30 janv. 1956 

Ses dédicaces :


Anniversaires de naissance : Rob Thomas (1972), Alan Parker (1944), Roland Giraud (1942)...



samedi 13 février 2016

Richard Wagner

 
22 mai 1813 - 13 février 1883
Ce qui me rapproche de Richard Wagner :

« On lit les yeux ouverts...On écoute la musique les yeux fermés. Mais ni l'un ni l'autre ne se passent de la résonance du cœur et de l'esprit. »

«La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots. »

(piano transcription for 4 hands by Engelbert Humperdinck)





Recherches associées :


Ils sont nés un 13 février : Robbie Williams (1974), Peter Gabriel (1950), ...


Henri Salvador nous a quitté le 13 février 2008.

jeudi 11 février 2016

René Descartes


31 mars 1596 - 11 février 1650
  
 Ce qui me rapproche de René Descartes :

« Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus. »

« La lecture des bons livres est comme une conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés qui en ont été les auteurs, et même une conversation étudiée, en laquelle ils ne nous découvrent que les meilleures de leurs pensées. »

'Dubito ergo cogito, cogito ergo sum, sum ergo Deus est.'(du latin: 'Je doute donc je pense, je pense donc je suis, je suis donc  Dieu est/ existe.')

« J'appelle vice des maladies de l'âme, qui ne sont point si aisées à connaître que les maladies du corps, parce que nous faisons assez souvent l'expérience d'une parfaite santé du corps, mais jamais de l'esprit.»

« Mais qu’est-ce donc que je suis ? Une chose qui pense. Qu’est-ce donc qu’une chose qui pense ? C’est-à-dire une chose qui doute, qui conçoit, qui affirme, qui nie qui veut, qui ne veut pas, qui imagine aussi, et qui sent. Certes ce n’est pas peu si toutes choses appartiennent à ma nature (...)»

Résumé :

Les élans passionnels nous emportent sans nous dire où ni jusqu'où. Comment expliquer ces mouvements "en nous" qui ne sont pas "de nous" ? Proviennent-ils de l'âme ? Sont-ils l'expression psychique d'un mouvement particulier de notre cerveau ? Les passions sont pour Descartes l'impact dans l'âme d'un cours particulier du flux sanguin entre le coeur et une certaine glande cérébrale. La prégnance de la pensée passionnelle qui accapare l'attention et obnubile l'esprit ne s'explique donc pas pour lui "psychiquement" mais en tant qu'effet du corps, effet "neurophysiologique", dirions-nous aujourd'hui. Le propos général du traité Les Passions de l'âme, publié en 1649, est de réhabiliter les passions contre la tradition stoïcienne qui y voit un obstacle au bonheur et à la liberté. Inscrites dans notre nature d'origine divine, Descartes considère qu'elles ne peuvent qu'être bonnes en elles-mêmes. Elles ne doivent être combattues que si elles tendent à se substituer à l'exercice de la raison. Le grand texte de Descartes sur la question morale. --Emilio Balturi 

lundi 8 février 2016

Jules Verne

188ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Jules Verne :

« C'est à force de répandre le bon grain qu'une semence finit par tomber dans un sillon fertile. »

Extrait de Les Naufragés du “Jonathan”


« Eh ! Que diable ! Il faut bien bouillir quelquefois ! Dieu nous aurait mis de l'eau dans les veines et non du sang, s'il nous eût voulus toujours et partout imperturbables ! »                      Extrait de Michel Strogoff


« Les femmes n'interviennent jamais dans mes romans tout simplement parce qu'elles parleraient tout le temps et que les autres n'auraient plus rien à dire. »


« Quand les bisons ont adopté une direction, rien ne pourrait ni enrayer ni modifier leur marche. C'est un torrent de chair vivante qu'aucune digue ne saurait contenir. » Extrait de Le Tour du monde en 80 jours 


J'ai offert ce portrait à :


Sydney Bernard pour son spectacle ... 


... où on y découvre un Jules Verne visionnaire :

"Tout à fait, 20.000 lieues sous les mers est une oeuvre excessivement moderne par son côté humaniste et avant-gardiste. Jules Verne y parle déjà de développement durable, il avait anticipé sur les thèmes de l'écologie, du réchauffement climatique, de la défense de la nature et des animaux. Ce que le public retient en sortant du spectacle, c'est l'incroyable modernité de cette oeuvre". 


Ses dédicaces :