Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

lundi 31 août 2015

Vladimir Jankélévitch

112 ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Vladimir Jankélévitch :

"L'homme est infiniment grand par rapport à l'infiniment petit et infiniment petit par rapport à l'infiniment grand ; ce qui le réduit à zéro."

"Il faut passionner les masses pour les organiser."

"La violence : une force faible."
"Le pur et l'impur"  (Extrait)

"Le meilleur des mondes n'est que le moins mauvais."
"Le Pardon" (Extrait)

"Quand on pense à quel point la mort est familière, et combien totale est notre ignorance, et qu'il n'y a jamais eu aucune fuite, on doit avouer que le secret est bien gardé !"
"La mort" (Extrait)


J'ai offert ce portrait à
Catherine Clément.

Ce qui me rapproche d'elle :

"L’essentiel dans la vie c’est le bonheur ! Pour y parvenir, il faut savoir suspendre le temps. Le yoga de postures peut être une aide considérable pour parvenir à cet état de fait."

Recherche associée :

Paris, éditions du Rocher, 2002
 Présentation de l'éditeur :

« Comment l'âme humaine se coule-t-elle dans l'encre d'un stylo pour en imprimer noir sur blanc les mouvements les plus intimes ? » Pour le savoir, il fallait pénétrer dans l'antre de l'écriture. De 1981 à 2001, Trente-deux écrivains, à qui l'auteur a envoyé un questionnaire, ont entrouvert les portes de l'atelier des merveilles : Françoise Sagan, Eugène Ionesco, Jean d'Ormesson, Patrick Modiano, Yann Queffélec, Vladimir Jankélévitch, Patrick Poivre d’Arvor,  Gonzague Saint Bris, Eric-Emmanuel Schmitt, Philippe Sollers,  etc.
Voici trente-deux portraits d'écriture où se disent à la fois la vérité, les pudeurs, le génie, les blessures. Réponses apportées aux mêmes questions posées à chacun, composant un album émouvant et riche où s'inscrit le visage des êtres d'exception…"

L'auteur :

Elisabeth Reynaud est écrivain. Elle a publié des biographies (Thérèse d'Avila ou Le Divin PlaisirJean de la Croix, fou de Dieu), un roman (Le Chevalier de lumière) et des essais. Elle prépare aujourd'hui un second roman et des carnets de voyages. 



vendredi 28 août 2015

Philippe Léotard


75ème anniversaire de sa naissance


Ce qui me rapproche de Philippe Léotard :

"J’écris pour me taire." - «Tu sais, la victoire et la défaite, c’est pareil : ça se traduit par des larmes.» et «L’ivresse, c’est l’art d’être plein, comme la plénitude est l’art d’être ivre.».

J'ai offert ce portrait à

François Léotard.

Ce que j'apprécie en lui :

"J'ai vieilli, cela ne se traduit pas physiquement. Je suis simplement plus lent dans mes réactions. L'âge, comme la myopie, c'est l'indulgence du regard. On voit moins la haine sur les visages."

«La politique, estime-t-il, éloigne de ce qui est fécond... Au gouvernement, à force de ne lire que des rapports, je me suis senti devenir intellectuellement sec.»

Sa réponse :



Recherche associée :

Cyril Mokaiesh et Giovanni Mirabassi "Naufragés" (Album vinyle)

Daniel Darc, Mano Solo, Allain Leprest, Pierre Léotard, Pierre Vassiliu "débordaient de talent, écrivaient ou composaient mieux que quiconque" mais ils avaient tous une faille et n'ont pas eu la reconnaissance qu'ils méritaient. Le chanteur Cyril Mokaiesh, connu notamment pour sa chanson "Communiste", et le pianiste de jazz Giovanni Mirabassi, rendent hommage à cette confrérie de "naufragés" en reprenant 12 titres écrits par ces malchanceux. De "Nu" de Allain Leprest à "Poor Lonesome Piéton" de Philippe Léotard, en passant par "Les enfants rouges" de Mano Solo et "Des idiots comme moi" de Daniel Darc

En savoir +
Autres anniversaires de naissance : François Béranger (1937), David Soul (1943), Joann Sfar (1971)…

Jacques Dufilho nous a quitté le 28 août 2005.

vendredi 14 août 2015

Willy Ronis

 105ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Wily Ronis :

"J'ai acquis tôt la conviction de ma naïve assurance, que je devais mener mon parcours en demeurant vigilant et sincère. Qu'ainsi ma voix se ferait peut-être entendre, avec son propre timbre, au milieu du choeur de ceux qui chantaient en même temps que moi."

 Parmi ses oeuvres :

Nu provencal

"Je bricole au grenier, il me manque une certaine truelle restée au rez-de-chaussée.
Je traverse l'escalier de pierre qui traverse notre chambre au premier.
Sortie de sa sieste, Marie-Anne s'ébroue dans la cuvette (on va chercher l'eau à la fontaine).
Je crie "Reste comme tu es !" mon Rolleiflex est sur une chaise, tout près.

Je remonte trois marche et fais quatre prises, les mains tachées de plâtre.
C'est la deuxième que j'ai choisi, le tout n'a pas duré 2 minutes.

C'est ma photo fétiche, parue depuis lors sans discontinuer, ici et partout.

Le miracle existe, je l'ai rencontré". W. R.

Sa réponse :




jeudi 13 août 2015

Alfred Hitchcock

116ème anniversaire de sa naissance 

Ce qui me rapproche d’Alfred Hitchcock :

« Il y a quelque chose de plus important que la logique,
c'est l'imagination. »

« Les femmes sont toujours une source de difficultés ou d’ennuis. Même si on les aime au début, la monotonie de l’existence commune risque bien vite de transformer cet amour en haine. »

« Le théâtre, c'est la vie ; ses moments d'ennui en moins. »

J’ai réalisé ce portrait avec une pensée pour François Truffaut :



« Si l’on veut bien à l’époque d’Ingmar Bergman, accepter l’idée que le cinéma n’est pas inférieur à la littérature, je crois qu’il faut classer Hitchcock - mais au fait pourquoi le classer ? - dans la catégorie des artistes inquiets comme Kafka, Dostoïevski, Poe. Ces artistes de l’anxiété ne peuvent pas nous aider à vivre, puisque vivre leur est déjà difficile, mais leur mission est de nous faire partager leurs hantises. En cela, même et éventuellement sans le vouloir, ils nous aident à mieux nous connaître, ce qui constitue un but fondamental de toute oeuvre d’art. »  François Truffaut


Gaston Chaissac

105ème anniversaire de sa naissance 

Ce qui me rapproche de Gaston Chaissac :

«Je ne me dis pas artiste, je ne me dis pas poète, mais je me sens artiste, je me sens poète parfois. Je me sens paysan. Je me sens traceur de piste, guide. Je me sens dompteur. Je me sens prêtre. Je me sens voyageur. Et je me sens surtout le spectateur d’une pièce ou tous les hommes et tout ce qui existe sur  la terre, jouent un rôle. Je me sens soldat qui doit lutter pour la paix. Je me sens tout.»

                                Lettre de Gaston Chaissac à Raymond Queneau, mars 1946.

« Sans doute ai-je l'âme très proche des artistes de cirque qui, comme moi, savent à peine écrire et ne sont instruits que par ce qu'ils ont vu. »

La "Peinture Rustique Moderne" par Gaston Chaissac . 1946


J'ai offert ce portrait à Didier Moiselet.

Sa dédicace :


Recherches associées :