Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

vendredi 31 juillet 2015

Louis de Funès

101ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Louis de Funès :

« Le comique, ce n'est pas seulement du talent, mais c'est surtout un don, une façon de sentir, de pouvoir comprendre et
interpréter ! »

J'ai offert ce portrait à :


Michel Galabru

Ce qui me rapproche de lui :

« La connerie humaine me désole. On fabrique des armes de plus en plus perfectionnées, on tue de plus en plus, la calotte glaciaire disparaît, le monde s'effondre... »

« Moi, je travaille à l'instinct. Si je me mets à réfléchir, c'est foutu. »

Ses réponses :



Ils sont nés un 31 juillet : Jean Dubuffet (1901), Louis de Funès (1914), Richard Berry (1950), Grand corps malade (1977)…

Antoine de Saint Exupéry nous a quitté le 31 juillet 1944.


mercredi 29 juillet 2015

Alice Sapritch

29 juillet 1916 - 24 mars 1990

Ce qui me rapproche d’Alice Sapritch :

« Elle aime la transposition de la vie, l'écriture et la poésie, et tout ce qui donne à rêver. »
Une citation : "Nous sommes de pauvres morts en mouvement".

Moussa ABADI s'entretient avec l'actrice Alice SAPRITCH. Elle évoque son parcours, sa carrière et sa personnalité :

A 0' : Ses origines bourgeoises (elle est née à Istanbul), et l'amour de la France dans lequel elle a été élevée. Son arrivée en France en 1936 et ses débuts en tant que modèle pour les peintres. Son goût du spectacle qu'elle a eu très tôt. Sa rencontre avec Beatrix DUSSANE, et l'enseignement qu'elle a reçu au Conservatoire. Ses débuts au théâtre. Sa rencontre avec le poète et critique André Franck qui lui a ouvert les portes de la télévision avec l'adaptation en téléfilm de la pièce "Le Lien" de STRINDBERG. Ses nombreux rôles pour la télévision. La pièce "La Vie que je t'ai donnée" de Luigi PIRANDELLO où elle a joué le rôle principal. Elle préfère jouer des rôles qui sont éloignés de sa propre nature. 
A 16'30, elle lit la dernière tirade de "La Vie que je t'ai donnée" de Luigi PIRANDELLO (3 ').
A 19'37 : elle aime la transposition de la vie, l'écriture et la poésie, et tout ce qui donne à rêver. Le travail avec le metteur en scène. Elle ne lit pas les critiques. Son tempérament inquiet et vulnérable. La manière très réservée dont elle perçoit le succès. Elle ne pourrait pas vivre la vie normale. Elle conclut l'entretien par la citation "Nous sommes de pauvres morts en mouvement".

Une dédicace :




Autres anniversaires de naissance :  Albin Michel (1873), Don Marquis (1878), Didier van Cauwelaert (1960)…

Ils nous ont quittés un 29 juillet : Robert Schumann (1856), Vincent van Gogh (1890), Michel Serrault (2007)…




mardi 28 juillet 2015

Marcel Duchamp

128ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Marcel Duchamp :

« Somme toute, l’artiste n’est pas seul à accomplir l’acte de création car le spectateur établit le contact de l’oeuvre avec le monde extérieur en déchiffrant et en interprétant ses qualifications profondes et par là ajoute sa propre contribution au processus créatif. »

« Des millions d’artistes créent, quelques milliers seulement sont discutés ou acceptés par le spectateur et moins encore sont consacrés à la postérité. 

En dernière analyse, l’artiste peut crier sur tous les toits qu’il a du génie, il devra attendre le verdict du spectateur pour que ses déclarations prennent une valeur sociale et que finalement la postérité le cite dans les manuels d’histoire de l’art. »
Le Processus créatif (Extraits)

« Quand on lui demande s'il croit en une peinture plus amateur, Monsieur Duchamp répond qu'il tient au professionnalisme en peinture, mais qu'il aimerait voir plus d'amateurisme chez les marchands. »
Marcel Duchamp de retour en Amérique répond à Laurie Eglington (1933)

Entretien avec l'artiste Marcel DUCHAMP (1887-1968), fait en juin 1967.

Ce portrait sera pour l'auteur de cet ouvrage :


Ce qui me rapproche de lui :

« L’art, c’est toutes les possibilités du monde ».



samedi 25 juillet 2015

René Fallet

 4 décembre 1927 - 25 juillet 1983


"Oui, je me fous du monde, et il me le rend bien. A votre bon coeur, le mien bat la breloque, ou la bernique ou la berlue. Demain il fera nuit......j'ai posé ma canne dans l'herbe. mon bouchon flotte dans un remous vert de gris. Pas une touche. Je baille. Je m'endors..l'étang de plomb sous un ciel blanc, l'étang bascule et tombe à la renverse. Le litre est au frais dans le seau. Et moi je suis sur mon vélo rouge, dans une descente. La rivière brille tout là bas, tout en bas...Et c'est alors que le flotteur s'enfonce. Enfin! Je dors, les pieds dans l'eau!!"

(Extrait) En savoir +

Ce qui me rapproche de René Fallet :




Une dédicace :



dimanche 19 juillet 2015

Bertrand Jérôme

12 septembre 1926 -19 juillet 2006

Ce qui me rapproche de Bertrand Jérôme :

La recherche, l'exploration pour ses réalisations...


Né en 1926, Bertrand Jérôme, de son vrai nom Bertrand de Larosière, a été un homme de mélanges. Pétri de culture classique, il n'a eu de cesse de l'enrichir par des expérimentations inattendues. A 20 ans, il emmène les étudiants du Théâtre antique de la Sorbonne jouer Eschyle à Epidaure, puis à Berlin. Plus tard, il adapte Capitaine Fracasse, ou encore Macbeth avec Camus. Il enregistre du théâtre sur disques, réalise des feuilletons pour Radio-Luxembourg, coanime trente heures de direct le jour du premier pas de l'homme sur la Lune, tâte de la télévision. Il participe aussi à la fondation de la Scam (Société civile des auteurs multimédias), qui organise la gestion collective des droits d'auteurs provenant de l'audiovisuel. Il cherche, il explore...  Lire la suite.

dir. Bertrand Jérôme et Françoise Treussard, Gallimard, 2007 

"Des Papous dans la tête", "Les Décraqués" : deux émissions cultes de France Culture. Vaste cour de récré langagière, où l'esprit de sérieux n'a pas droit de cité. Contrepèteries, calembours, pastiches en tous genres, dictionnaire qui rimaille, récits de la vie insoupçonnée des objets quand nous avons le dos tourné, correspondances insolites et inattendues entre Cousteau et Lacan ou Ghandi et Gary Cooper. Cette joyeuse bande littéraire cultive le goût du non-sens, l'érudition, la dérision, pour notre plus grande joie. "Des Papous dans la tête" (diffusion le dimanche de 12h45 à 14h depuis 1984) et "Les Décraqués" (diffusion quotidienne de 1984 à 2004) sont des émissions de jeux littéraires, sur France Culture, créées par Bertrand Jérôme. "Des Papous dans la tête" continuent aujourd'hui d'être animés par Françoise Treussard. 


Journal d’une poignée de porte (Extrait)
"Mercredi, jour maudit : les gosses sont à la maison toute la journée. J’ai cru devenir folle. Ça n’arrêtait pas ! Et que j’entre et que je sors. Et je ne parle pas des mains noires de crasse ou gluantes de chocolat, les cris, les hurlements…L’Enfer. J’ai cru que j’allais péter mes vis. Heureusement la porte a réussi à se refermer sur les doigts de la petite dernière et, après ça, on a eu la paix."

Ce portrait sera pour



samedi 18 juillet 2015

Henri Salvador

98ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche d'Henri Salvador :


"La vie faut se l'emmener, tant qu'on peut la suivre, la vie ça se vit jusqu'à en crever."

"Faut se faire une raison, la vie c'est la vie, avec ses je t'aime, avec ses chagrins et ses illusions.
La vie c'est la vie, il faut se la vivre."

Henri Salvador ; La vie c'est la vie, Révérence (2006) 


"Je n'aime ni l'injustice, ni le mensonge, ni les racistes, ni les snobs."

"Je n'aime pas les copieurs, j'aime les créateurs."


"La guitare, c'est comme une femme en amour, elle chante quand on la caresse."

"L'humour, c'est comme le swing... ça ne se travaille pas ! Ou tu l'as, ou tu ne l'as pas."
"L'amour égoïste, c'est être deux et se sentir qu'un."


"L'art est la forme suprême de la vie."


"La mort n'est qu'un instant de la vie, pareil à tous les autres, et son seul mérite est d'être le dernier."

"L'erreur de certains couples, c'est de se mentir."

"L'amour, c'est comme la nature, comme un arbre. Ça commence par en bas, et ça monte, ensuite ça va au cœur, et ensuite ça va à la tête, et après ça libère l'âme. Ça naît, ça monte, ça évolue, ça devient spirituel, et c'est indestructible. Si l'amour s'arrête au pantalon, il n'y a pas d'amour."
Henri Salvador ; La joie de vivre (2011).(Extraits)




Ce portrait sera pour :
                                          

                                          Catherine Salvador.


Aujourd'hui, c'est aussi l'anniversaire de naissance de Nelson Mandela (1918), Maria Pacôme (1923), Jean Yanne (1933), Richard Branson (1950)...

Georges Dargaud nous a quitté le 18 juillet 1990.

vendredi 17 juillet 2015

Morris

1er Décembre 1923 – 17 juillet 2006

Ce qui me rapproche de Morris :



C'est à Courtrai, le 1er Décembre 1923, qu'est né Maurice de Bevere dit " Morris ", l'un des pères fondateurs de la bande dessinée. Après le baccalauréat et des études de droit, il apprend la technique de l'animation grâce aux cours de dessin de Jean Image et il entre bientôt à la Compagnie Belge d'Actualités, studio de dessins animés où il fait la connaissance d'André Franquin, d'Eddy Paape et de Peyo. En 1945, il est sollicité pour illustrer le journal humoristique " Le Moustique " dont il réalise pas moins de 250 couvertures. C'est à cette époque précisément qu'il décide de choisir le pseudonyme de Morris pour scénariser et dessiner les premières aventures pleines d'humour de Lucky Luke. Celles-ci paraissent pour la première fois - sous le titre Arizona 1880 - dans l'Almanach Spirou 1947 pour se poursuivre dans le journal de Spirou. Lucky Luke, c'est le cow-boy solitaire au grand cœur, c'est aussi le parfait justicier imperturbable et sympathique, toujours accompagné de son sage et inséparable compagnon, Jolly Jumper, et du chien le plus stupide de l'Ouest, Rantanplan. Autour d'eux, Morris crée toute une série de personnages pittoresques auxquels il mêle des grandes figures de l'Ouest américain : les quatre Dalton, bêtes et méchants, Billy the Kid, le juge Roy Bean, Calamity Jane, ainsi que d'autres personnalités historiques comme l'illustre actrice Sarah Bernhardt. Il n'hésite pas, non plus, à caricaturer des célébrités pour certains de ses personnages secondaires : Jean Gabin, David Niven, Michel Simon, Lee Van Cleef, Jack Palance, Alfred Hitchcock, Louis de Funès,… Lucky Luke se place très vite aux tout premiers rangs des incontournables de la bande dessinée internationale, grâce au graphisme simple, expressif et combien efficace de son créateur…  En savoir +


In the poussière of Ohio

Wearing his beautiful chapeau
But who's this caballero?

On his cheval y craint personne
Les rattlesnakes, y s'en tamponne
Like the Peaux-Rouges or the Dalton

Refrain : Lucky Luke
Il a pas peur de personne
Lucky Luke
Pas surtout des Dalton

He rides in le soleil couchant
With his fidèle Rantanplan
Who is pas très intelligent,

He's the empereur of the Far-West
When he dégains his revolver
He can shoot a fly d'un seul geste

Give my sincères condoléances
To all the gibiers de potence
He'll kick you exactly où j'pense

Refrain

He always gives a coup de main
To the veuve or the orphelin
He's a real good américain.

In the désert there is personne
Never a coup de téléphone
He's a cowboy, poor & lonesome

When he enters the saloon
Nobody wants to make the clown
You don't rigole in this cartoon!

Refrain X 4



Extraits


LE DIRECTEUR DE LA PRISON : Que se passe-t-il ?
JOE : Si vous ne voulez pas qu'on descende votre gardien, faites-nous sortir de prison !
LE DIRECTEUR : Pas question ! Arthur, nous n'oublierons pas votre sacrifice ! L'administration pénitentiaire tout entière...
LE GARDIEN : Ça va pas, non ? Laissez sortir ces types !!
LE DIRECTEUR : Mais, Arthur, ce sont de redoutables bandits...
LE GARDIEN : Ils peuvent trouver la rédemption dans la liberté !... Le climat débilitant de la prison...

LAI YONG LIOU : D'après nos accords, cette affaire nous concerne : qui s'attaque à des chinois sera puni par des chinois.
LE SHÉRIF : Il mérite sans doute la corde mais de là à lui couper la tête...
AVERELL : Mais je ne voulais pas m'attaquer à des chinois ! Je voulais simplement un costume pour manger un chien !

CHESTER : Je suis J. S. Chester, de Chester, Chester, Chester & Chester, avocats à Viginia City. [...] Qui est ce monsieur ?
LE DIRECTEUR DE LA PRISON : C'est Joe Dalton, de Dalton, Dalton, Dalton & Dalton, un de nos fidèles clients.

Une dédicace :


Ce portrait sera pour :


ACHDE

mardi 14 juillet 2015

Ingmar Bergman

97ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche d'Ingmar Bergman :

"C'est l'ombre de la mort qui donne son relief à la vie."

"La vie peut être belle même si la réalité ne l'est pas."

"La vieillesse est comparable à l’ascension d'une montagne. Plus vous montez, plus vous êtes fatigué et hors d'haleine, mais combien votre vision s’est élargie !"

J'ai offert ce portrait à :
Sophie Marceau et Bénédicte Acolas.

Ce qui me rapproche de Sophie Marceau :

"C'est en se reconnaissant dans les autres qu'on arrive à prendre forme et à se faire soi-même comprendre. C'est pour cela que nous avons besoin des gens comme Bergman."
 
Leur réponse :

dimanche 12 juillet 2015

Erasme (Didier)

27 octobre 1466 - 12 juillet 1536 


Moine cosmopolite et éclairé, né à Rotterdam de la liaison entre un prêtre et la fille d'un médecin, Didier Érasme, l'un des principaux humanistes de la Renaissance, ne parlait que le latin. Voyageur et épistolier infatigable, il dialogue avec toutes les grandes figures politiques et intellectuelles de son temps. Il écrit aussi de nombreux traités dont "L'Éloge de la folie"  et "L'Ecclésiaste"...

 Ce qui me rapproche de Didier Erasme :



" [Les hommes] donnent à la folie tant de formes différentes, ils en inventent chaque jour un si grand nombre de nouvelles, que mille Démocrites suffiraient à peine pour rire de leurs extravagances : et ces mille Démocrites, s’ils existaient, pourraient bien fournir eux-mêmes de quoi rire à quelque autre nouveau Démocrite."

" La folie des amants est la plus douce de toutes les folies."

" Dites-moi, je vous prie, peut-on aimer quelqu'un, quand on se hait soi-même ? Peut-on vivre en bonne intelligence avec les autres, quand on n'est pas d'accord avec son propre coeur ? Peut-on apporter quelque agrément dans la société, quand on est ennuyé et fatigué de sa propre existence? "

(Extrais)

lundi 6 juillet 2015

Guy de Maupassant

5 août 1850  -  6 juillet 1893

Ce qui me rapproche de Guy de Maupassant :

« Le réaliste, s'il est un artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nous en donner la vision plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même. »

J'ai offert ce portrait, en 2011, à Victor Cohen Hadria.

(Sans réponse)

mercredi 1 juillet 2015

Claude Berri

81ème anniversaire de sa naissance

Ce qui me rapproche de Claude Berri :


« Mais si les comédies finissent bien, si les drames finissent mal, la vie, la vraie vie, ignore cette séparation et mélange les joies et les peines avec une cruauté qu'on ne saurait inventer. »

(Extrait)
Ce portrait sera pour


Nathalie Rheims