Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

jeudi 27 novembre 2014

André Hellé

Ce qui me rapproche d'André Hellé :

Son art enfantin... avec ses drôles de bêtes, ses drôles de jouets...


 J'ai offert ce portrait à

Jean-Hugues Malineau


"Autodidacte, longtemps dessinateur dans la presse adulte ou enfantine, André Hellé prend résolument le parti de l'enfance vers 1910. Illustrateur de très nombreux livres pour enfants jusqu'à sa mort, il trouvera son écriture singulière proche du cubisme à la même époque en créant parallèlement des séries de jouets en bois dont la simplicité reste aujourd'hui encore un modèle esthétique. Ce "petit maître de l'art enfantin" comme l'avait qualifié un critique de l'époque innove dans tous les domaines qui concerne l'enfance ; créateur de mobilier de chambres d'enfants, il réalise aussi bien des papiers peints que des décors d'école maternelle ou de centres de loisirs pour la jeunesse. Passionné par la musique, on lui doit le livret de la célèbre Boîte à Joujoux mise en musique par Debussy ainsi que les décors, les costumes ou les illustrations de multiples partitions ou ballets enfantins. Son oeuvre reconnue par Apollinaire ou Carco de son vivant, est aujourd'hui redécouverte et admirée par de nombreux illustrateurs actuels et reste étonnamment moderne."

lundi 27 octobre 2014

Lou Reed # 07

Ce qui me rapproche de Lou Reed :

La photographie des paysages

« Je prends beaucoup de photos, lorsque je me promène seul. Et généralement, il n'y a personne. Et puis, photographier des paysages, c'est pratique: on n'a pas à leur demander de poser. Je ne dis pas «Hé! la montagne, ne bouge pas! ».

Ce portrait revient à :



Joseph Arthur pour son album dédié à

Son hommage :

 

vendredi 29 août 2014

Marcel Pagnol

Ce qui me rapproche de Marcel Pagnol :

"Soyez vous-même, c'est votre seule chance d'être original."

Ce portrait est pour


William Leymergie

 Son livre :



Marcel Pagnol, c'est l'enfant du Garlaban au profil d'azur, le fils préféré d'Aubagne et de La Treille, le prince de l'aventure capitale, le roi des Paris ? ceux de la scène, ceux de l'écran... - et le familier des paris les plus fous !

Marcel Pagnol
, c'est la tendresse, l'humanité, la bonhomie, le pittoresque, et tout cela qui s'investit dans la page que le soleil inonde, et que parcourent des bonheurs, des souffrances de tous les âges et de tous les temps.

Installons-nous le temps d'un livre « en tête à tête » avec celui qui nous a donné pour compagnons de merveilleux personnages que nous connaissons par leur prénom : Marius, Fanny, César... et tant d'autres. Amis de tous les jours, et pour toujours vivants !

L'auteur
Né le 4 février 1947 à Libourne William Leymergie est depuis sa plus tendre enfance passionné par Marcel Pagnol auquel il rend hommage aujourd'hui dans la célèbre collection "En tête à tête avec". William Leymergie anime « Télématin »  qu'il produit en même temps que « C'est au programme » sur France2. L'oeuvre de Marcel Pagnol a été notamment fêtée durant toute l'année 2013 à l'occasion de « Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture »...

Interview lors du Festival de la Biographie 2013
A découvrir : une interview à propos de son livre « En tête à tête avec Marcel Pagnol » à l’occasion du Festival de la Biographie 2013 par TVSud.

jeudi 21 août 2014

Henrik Pontoppidan


(Frederica, Jutland, Danemark, 24/07/1857 - Copenhague, 21/08/1943)

Il se destine à être ingénieur mais, lors d'un voyage en Suisse, il prend conscience de sa vraie vocation, et interrompt ses études scientifiques entreprises à Copenhague pour se consacrer à la littérature.
"Dégoûté de la vie urbaine, il demeura quelques années à la campagne comme maître d'école, et, pour mieux réaliser son idéal de vie, il épousa même une paysanne. Mais la réalité de cette vie rurale ne tarda pas à le décevoir, ainsi que le prouvent ses romans [...]" (Dictionnaire des Auteurs, collection Bouquins). Il divorce, retourne à Copenhague et se remarie avec une "femme appartenant à la même classe sociale que lui." Il reste toutefois pessimiste et plein d'amertume.

Il obtient le Prix Nobel de littérature en 1917.




"Quand les gens qui sont pris dans le tourbillon d'une grande ville pensent à la campagne - non sans une certaine nostalgie - ils se plaisent à imaginer une existence où Dieu dispense le temps, où chaque minute est détaillée avec la précision solennelle d'une horloge de Broholm mesurant l'éternité sous le toit d'une vieille paysanne.
En réalité, cependant, le temps n'est nulle part plus rapide ni la vie plus courte qu'à la campagne. Si les jours isolés peuvent y paraître longs dans leur monotonie, les semaines se pressent - les années volent. Et un beau matin la vie a fui, comme le songe d'une nuit d'été ou d'une nuit d'hiver..." 


Le Visiteur Royal. Traduit du danois par Marguerite Gay et Ulla Morvan. Actes Sud. 90 pages
(pages 7-8)



Ce qui me rapproche d' Henrik Pontoppidan :

« une énergie intellectuelle et nerveuse considérable, un bon pouvoir de concentration et une grande détermination. Ne manquant ni de qualités de planification et d'organisation ni d'enthousiasme, une grande serviabilité pour aider à résoudre les problèmes d'autrui, une personne sur laquelle on peut
compter... »

mardi 19 août 2014

Blaise Pascal




Article à venir

Michel Simon


Ce qui me rapproche de Michel Simon :


 "Si Michel Simon est excentrique, c’est surtout parce que le centre le repousse. Comme Arletty ou Cocteau, il exerce son art sous l’Occupation, et comme toujours en temps de haine, tout et n’importe quoi se dit. Simon l’a raconté en 1967 dans le magazine juif la Presse nouvelle hebdomadaire : «A l’exposition antisémite du palais Berlitz, en 1942, se trouvaient en point de mire deux photos des "responsables du désastre"… Léon Blum et… Michel Simon […]J’étais à Rome et, pour rentrer à Paris, j’ai dû me faire établir des papiers prouvant que j’étais aryen, bon chrétien apostolique et romain… Ils l’ont alors bouclée, pas pour longtemps. Dans une nouvelle brochure l’œuvre du Kremlin en France, je me trouvais cette fois en compagnie de Maurice Thorez ![…]Ce qui n’a pas empêché qu’on m’ait traité de collabo à la Libération.[…]En vérité, voyez-vous, il faudrait remanier ainsi les immortels principes de 1789 : Liberté, Egalité, Fraternité… ou la mort. Car si vous n’êtes pas égal aux autres, si votre tête dépasse un peu, c’est la guillotineDe l’empoisonnement de la vie par les imbéciles à l’empoisonnement tout court, peut-être n’y a-t-il eu qu’un boulon de sauté."

A sa mort personnelle, le 30 mai 1975, son ami Clément Ledoux  lui rend un hommage nécrologique un brin vache dans le Canard enchaîné : «Tu ne pouvais plus t’asseoir près d’un micro, devant une caméra, sans y aller de ta rengaine : ta longue douleur de vivre, toi, une si belle âme, dans un monde cannibalesque, incompréhensiblement hostile à ton égard, et où les seuls êtres assez purs pour mériter un peu de ton affection et de ton immense pitié étaient les petites bêtes et les grandes putains. […]Tu avais, si j’ose dire, le désespoir photogénique, et tu ne l’ignorais pas.»


« Plus je vieillis, moins j'apprécie la qualité d'âge de mes vins. »


Extrait du film « Le Vieil Homme et l'Enfant »




lundi 4 août 2014

Charles Cros


Né à Frabrezan, dans l'Aude, en 1842, Charles Cros reçoit une éducation soignée de la part de son père, lui-même issu d'une famille de professeurs. Dès son adolescence, il étudie le sanscrit, l'hébreu, mais aussi la musique et les mathématiques. Cros eut d'ailleurs une très riche carrière d'inventeur : avant même Edison, il imagina le principe du phonographe et il fut le premier à créer des épreuves photographiques en couleur. Cros créa également un télégraphe automatique et, de manière plus fantaisiste, il rédigea un mémoire sur des «moyens de communication avec les planètes

Parallèlement à ses travaux savants, Cros fréquenta, dès 1867, la bohème littéraire parisienne. Il fut un intime du salon de Nina de Villard (Mme de Villard fut longtemps la maîtresse du poète, jusqu'à ce que celui-ci épouse Mlle Hjardemaal, en 1878) et il connut la plupart des petits groupes qui formaient l'avant-garde artistique autour de 1870-1880: les Vilains Bonshommes, les Zutistes, les Hydropathes, les chansonniers du Chat noir. C'est dans ces milieux que Cros connut Verlaine, Rimbaud (qui faillit tuer Cros après avoir versé dans son verre de l'acide sulfurique), Nouveau, Laforgue. ..


Ce qui me rapproche de Charles Cros :

SONNET ASTRONOMIQUE

Alors que finissait la journée estivale,
Nous marchions, toi pendue à mon bras, moi rêvant
À ces mondes lointains dont je parle souvent.
Aussi regardais-tu chaque étoile en rivale.

Au retour, à l'endroit où la côte dévale,
Tes genoux ont fléchi sous le charme énervant
De la soirée et des senteurs qu'avait le vent.
Vénus, dans l'ouest doré, se baignait triomphale.

Puis, las d'amour, levant les yeux languissamment,
Nous avons eu tous deux un long tressaillement
Sous la sérénité du rayon planétaire.

Sans doute, à cet instant deux amants, dans Vénus,
Arrêtés en des bois aux parfums inconnus,
Ont, entre deux baisers, regardé notre terre.


Mes souvenirs sont si nombreux
Que ma raison n'y peut suffire.
Pourtant je ne vis que par eux,
Eux seuls me font pleurer et rire.
Le présent est sanglant et noir;
Dans l'avenir qu'ai-je à poursuivre?
Calme frais des tombeaux, le soir !...
Je me suis trop hâté de vivre.

Entre tes bras j'espérais pouvoir
Attendre l'heure qui délivre;
Tu m'as pris mon tour. Au revoir.
Je me suis trop hâté de vivre. 



mardi 29 juillet 2014

Vincent Van Gogh # 03


Ce qui me rapproche de Vincent Van Gogh :

Ce portrait est pour :



interprète de :



Jacques Dutronc, invité par Thierry Ardisson, présente le film "Van Gogh" (Pialat) dans lequel il joue le rôle titre. (Extrait du film).Jacques Dutronc parle de ses angoisses, de la Corse.

« L’émotion, bon dieu, elle est là. Elle est le sang, elle est la chair, elle est, comme la peinture, toute la matière du film de Pialat, qui dit ne pas vouloir qu’on l’aime comme Vincent est mort  de ne pas être aimé ».

Le Monde   -   Danièle Heymann, 21/05/1991
Sa dédicace :


samedi 26 juillet 2014

Otto Dix

 Ce qui me rapproche d'Otto Dix :
« La peinture n'est pas un soulagement. La raison pour laquelle je peins est le désir de créer. Je dois le faire ! J'ai vu ça, je peux encore m'en souvenir, je dois le peindre. »
« Tout art est exorcisme. »



Ce portrait est pour

Nana Dix

mercredi 23 juillet 2014

Joseph Kessel


le lion est mort  le 23 juillet 1979 à Avernes


Ce qui me rapproche de Joseph Kessel :

"«Un ami, c'est à la fois nous-mêmes et l'autre, l'autre en qui nous cherchons le meilleur de nous-mêmes, mais également ce qui est meilleur que nous».


«Qui exige ou menaceperd tout droit à la courtoisie».

Extrait de Les Cavaliers

 

«Hasard ou destin, la réponse n’est pas simple».

Extrait de Ami entends-tu...

«Le Lion»


« Rideau après rideau, la terre ouvrait son théâtre pour les jeux du jour et du monde ».


« Le Lion fit glisser son mufle de mon côté. Ses yeux allèrent une fois, deux fois, trois fois à mes mains, à mes épaules, à mon visage. Il m'étudiait.
Alors, avec une stupeur émerveillée, où, instant par instant, se dissipait ma crainte, Je vis dans le regard que le grand lion du Kilimandjaro tenait fixé sur moi, Je vis passer des expressions qui m'étaient lisibles, qui appartenaient à mon espèce, que je pouvais nommer une à une : la curiosité, la bonhomie, la bienveillance, la générosité du puissant ».

Extraits

samedi 12 juillet 2014

Henry David Thoreau



Philosophe

12 juillet 1817 - 06 mai 1862

Recherche associée : Gandhi


Ce qui me rapproche d'Henry David Thoreau :

"Tu dois vivre dans le présent, te lancer au-devant de chaque vague, trouver ton éternité à chaque instant."


"Je voulais vivre intensément et sucer la moelle de la vie. Et ne pas, quand je viendrai à mourir, découvrir que je n'aurai pas vécu."

"J'ai la nostalgie d'une de ces vieilles routes sinueuses et inhabitées qui mènent hors des villes... une route qui conduise aux confins de la terre... où l'esprit est libre."..

"En tuant le temps on blesse l'éternité."

"Le talent ne fait qu'indiquer la profondeur du caractère dans une certaine direction."

"La nature à chaque instant s'occupe de votre bien-être. Elle n'a pas d'autre fin. Ne lui résistez pas."

"Le critiqueur trouverait à redire même au paradis."

"Si un homme ne marche pas au pas de ses camarades, c'est qu'il entend le son d'un autre tambour."

« ll est aussi difficile de se voir soi-même que de regarder en arrière sans se retourner."

« Quelle flamme pourrait égaler le rayon de soleil d'un jour d'hiver ?"

« Le poème de la création ne s'arrête jamais ; mais rares sont les oreilles capables de le capter."

"Ce qu'il y a devant nous et ce que nous laissons derrière, ceci est peu de chose comparativement à ce qui est en nous. Et lorsque nous amenons dans le monde ce qui dormait en nous, des miracles se produisent."

"Les hommes sont nés pour réussir et non pour échouer."

"La plupart des gens désirent bien plus avoir des vêtements à la mode, ou du moins propres et sans raccommodages, que d'avoir la conscience nette."

« Les faits les plus intéressants et les plus beaux sont en eux-mêmes poésie."

"La poésie n'est autre chose que la santé du discours."

"Le monde n'est pas moins beau pour n'être vu qu'à travers une fente ou le trou d'une planche."

"Etre philosophe, c'est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie non seulement en théorie, mais en pratique."

"Rien n'est autant à craindre que la crainte elle-même."

"Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain ; c'est là qu'ils doivent être. À présent, donnez-leurs des fondations."

"L'expérience est dans les doigts et dans la tête. Le coeur n'a pas d'expérience."

"La santé se mesure à l'amour du matin et du printemps."

"Presque tous les hommes savent gagner de l'argent, mais il n'y en a pas un sur un million qui sache le dépenser."

"Comme si l'on pouvait tuer le temps sans insulter à l'éternité."

"Il n'y a qu'un remède à l'amour : aimer davantage."


J'ai offert ce portrait à 



Sa réponse :




vendredi 20 juin 2014

François Couperin

Ce qui me rapproche de François Couperin :

Au clavecin (comme pour le dessin) « La belle exécution dépend beaucoup plus de la souplesse et de la grande liberté des doigts que de la force » & « L’impression sensible que je propose doit son effet à la cessation et à la suspension des sons faites à propos ».



Quelques compositions : "L'enchanteresse", "les Charmes", "L'Intime", "Le Dodo ou l'Amour"...

J'ai offert cette sanguine à :




Son remerciement :



vendredi 13 juin 2014

Maurice Genevoix


Ce qui me rapproche de Maurice Genevoix :

" C'est la présence de la mort qui donne un sens à la vie."

"Si l'humanité n'était faite que de romanciers, il n'y aurait pas de guerres."

J'ai offert ce portrait à Julien Larere-Genevoix, petit fils de Maurice Genevoix et président de l'association "Ceux de 14" qui évoque lors de rencontres débats l'oeuvre considérable de son grand-père et tout particulièrement :



récit de guerre bouleversant et terriblement humain.

vendredi 23 mai 2014

Daniel Balavoine

Ce qui me rapproche de Daniel Balavoine :


J'ai offert ce portrait à :



 Photo Souvenir :



L'Hommage de
Florence Aboulker

« La vie, tu n'as pas arrêté de la chanter. Mais si on écoute bien tes chansons, ce que j'ai fait comme des centaines de milliers de gens, on découvre que derrière cette soif de vivre, il y a une prescience de la mort :
"Je cours, je me raccroche à la vie"…Mais on ne sait rien entendre, rien écouter, même si notre métier n'est fait que de mots, d'écoute, de sons ».

jeudi 15 mai 2014

Hans Christian Andersen

Ce qui me rapproche d' Hans Christian Andersen :

  L'Univers du conteur

"Réjouis-toi de ta jeunesse, disaient les rayons du soleil, réjouis-toi de pousser et d'être en bonne santé, de la jeune vie qui est en toi!"
Et le vent embrassa l'arbre, et la rosée versa des larmes dessus, mais le sapin ne comprit pas.

-"Réjouis-toi avec moi!" disait l'air, disait la lumière du soleil. "Réjouis-toi de ta saine jeunesse au grand air!"
Mais il ne se réjouissait pas du tout..............................................................
...................................................................................................................

"Fini ! Fini ! dit le pauvre arbre.
Si, au moins, je m'étais réjoui pendant que je le pouvais ! Fini !  Fini !"

« Les contes d’Andersen » (Extrait)

"Oh voyager !  voyager ! " c' est quand même le plus heureux des destins ! C'est d'ailleurs pour cela que tous nous voyageons ! Dans l'univers entier, tout est voyage ! Même l'homme le plus pauvre possède le cheval ailé de la pensée et, quand il devient faible ou vieux, la mort l'emmène en voyage avec elle, pour ce grand voyage que nous ferons tous.

« Voyages » (Extrait)

J’ai offert cette sanguine à  Jean-Noël Rochut pour l’illustration d’un de ses ouvrages :



Un chef d'œuvre classique : les histoires les plus célèbres de Hans Christian Andersen sont rassemblées dans cet ouvrage : La petite sirène, La reine des neiges, l'intrépide soldat de plomb, la bergère et le ramoneur… Des grands classiques pour les petits et les plus grands, illustrés avec élégance par Jean-Noël Rochut.

Sa dédicace :




mardi 22 avril 2014

José Garcimore

Ce qui me rapproche de José Garcimore :

"La magie et tout ce qui s'y rapproche doit rester un amusement. Même si l'on en vit, il faut continuer à se faire plaisir. C'est ce que doit promouvoir la magie : le plaisir, la joie d'être ensemble et de partager un art. Moi, je dis toujours que je fais de la magie pour chasser la morosité. Faire un journal dans une amicale, c'est comme faire un tour que tu aimes. Tu partages ton plaisir et dans la mesure où le journal reste un lieu de libre-échanges entre passionnés, je trouve ça très bien".

"Le plaisir et le respect doivent être à la base de tout."


J'ai offert ce portrait à :

Denise Fabre

De toute l'histoire des jeux télé, ce moment culte de l'émission de Denise Fabre ,
"Restez avec nous le samedi après midi" (1978) restera à tout jamais gravé dans les fous rires les plus mémorables de l'histoire de la télévision...Un MOMENT .... à mourir de rire !

DENISE FABRE & GARCIMORE - LE KALEIDOSCOPE (émission complète) (1978) (HD)