Who's Who Art Club International

Who's Who Art Club International
Artiste Membre

mardi 20 février 2018

Claude Miller

20 février 1942 - 4 avril 2012

Ce qui me rapproche de Claude Miller :

La seule arme des enfants contre le monde, c'est l'imaginaire.

« J'ai la prétention d'essayer de filmer ce qui est caché. »
A la question : « A quel stade de votre vie pourriez-vous envisager de ne plus faire de films ? »Claude Miller répond : « A la dernière minute. » En savoir +

Recherche associée :

Claude Miller en six films


Ils sont nés un 20 février : Lucien Pissaro ( 1863), Georges Bernanos (1888), Jerry la Souris (1940), …

Ils nous ont quittés un 20 février : Paul Kane (1871), Louis Soutter (1942), Percy Grainger (1961),  Edgar P. Jacobs (1987), …

Percy Grainger

8 juillet 1882 - 20 février 1961

Ce qui me rapproche de Percy Grainger :

'When I take part in a concert', he wrote in 1951, 'the concert-givers are only glad that one doesn't have a stroke on stage, and they don't expect one to play the right notes any more'.



J'ai offert ce portrait à :

Percy Grainger représente pour lui une grande partie de  sa vie. 

Il lui rend cet hommage : 


Georges Bernanos

20 février 1888 - 5 juillet 1948 

Ce qui me rapproche de Georges Bernanos :

" L'avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne suit pas l'avenir, on le fait. "

" Etre capable de trouver sa joie dans la joie de l'autre ; voilà le secret du bonheur. "

" Si je recommençais ma vie, je tâcherais de faire mes rêves encore plus grands ; parce que la vie est infiniment plus belle et plus grande que je n'avais cru, même en rêve. "

"Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin.”

"Mieux vaut un mauvais caractère que pas de caractère du tout.”


Dans sa bibliographie :

« Je crois, je suis sûr que beaucoup d'hommes n'engagent jamais leur être, leur sincérité profonde.Ils vivent à la surface d'eux-mêmes, et le sol humain est si riche que cette mince couche superficielle suffit pour une maigre moisson qui donne l'illusion d'une véritable destinée. » Extrait



En savoir +

Une dédicace :


Recherche associée

François Mauriac

Ce portrait sera pour
Yves Bernanos (un de ses petits-fils)

Une de ses réalisations :

lundi 19 février 2018

René Char

14 juin 1907 - 19 février 1988
Ce qui me rapproche de René Char :

« Il n'y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l'accomplit. »

« Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. »


« L'impossible, nous ne l'atteignons pas, il nous sert de lanterne. »

« L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant. »

« Ne te courbe que pour aimer. Si tu meurs, tu aimes encore. » 
(le poème pulvérisé).


Nos paroles sont lentes à nous parvenir,
comme si elles contenaient, séparées,
une sève suffisante pour rester closes tout un hiver ;
ou mieux,
comme si, à chaque extrémité de la silencieuse distance, 
se mettant en joue,
il leur était interdit de s’élancer et de se joindre.
Notre voix court de l’un à l’autre,
mais chaque avenue, chaque treille, chaque fourré,
la tire à lui, la retient, l’interroge.
Tout est prétexte à la ralentir.
Souvent je ne parle que pour Toi,

afin que la terre m’oublie.



Lettera amorosa : Suivi de Guirlande terrestre


Dans sa bibliographie :



Ils sont nés un 19 février : Nicolas Copernic (1473), Jacques Dufilho (1914), Falco (1957), Seal (1963), …

Ils nous ont quittés un 19 février : André Gide (1951), Bon Scott (1980), Charles Trenet (2001),  …

Nicolas Copernic


19 février 1473 - 24 mai 1543 

Ce qui me rapproche de Nicolas Copernic :

L’art de défendre ses passions

“Les mathématiques ne sont écrites que pour les mathématiciens.”

“Si la dignité des arts était évaluée d'après les matières dont ils traitent, celui que certains appellent astronomie, d'autres astrologie... serait de beaucoup le plus haut.”

Le portrait sera pour 


Jean-loup Chrétien

Ce qui me rapproche de lui :

« Le ciel est à tous, à tout le monde… De l’espace, on ne voit pas de frontières ! Les frontières, c’est quelque chose d’artificielle…Mais cela amène des réflexions…»

Rencontre et interview réalisé lors de la Foire d'Automne de Paris le 17 octobre 2009 lors de la dédicace de son livre, écrit en collaboration avec Catherine Alric,




«Notre Terre est bien petite et ne nous paraît grande que parce que nous sommes des microbes grouillant à sa surface. Si nombreux que nous pouvons la mettre en péril... Dans ces conditions, le citoyen du monde est bien facile à imaginer. Ce n'est ni un cosmonaute, ni un astronaute. C'est tout simplement un être humain qui a la vision relative de l'immensité et du détail, la vision d'une Terre où une main, un pied maladroits peuvent, dans leurs actions, entraîner des conséquences bien plus terribles que ne le suppose le microbe propriétaire de ce pied ou de cette main...»


Son encouragement :

André Gide

22 novembre 186919 février 1951

Ce qui me rapproche d'André Gide :


Résumé :

Nathanaël,  je t'enseignerai la ferveur. Une existence pathétique, Nathanaël, plutôt que la tranquillité. Je ne souhaite pas d'autre repos que celui du sommeil de la mort. J'ai peur que tout désir, toute énergie que je n'aurais pas satisfaits durant ma vie, pour leur survie ne me tourmentent. J'espère, après avoir exprimé sur cette terre tout ce qui attendait en moi, satisfait, mourir complètement désespéré. " Que mon livre t'enseigne à t'intéresser plus à toi qu'à lui-même, puis à tout le reste plus qu'à toi " 
Ce portrait est pour André Comte-Sponville.

« … Le dernier péché capital, puisque j’ai choisi de m’en tenir, moi aussi, à une liste de sept, n’est pas sans évoquer l’un de ceux que retient la tradition : ce que j’appelle la veulerie est comme une paresse généralisée, de même que la paresse est une forme de veulerie face au travail.
Qu’est-ce que la veulerie ? Un mélange de mollesse et de complaisance, de faiblesse et de narcissisme : c’est l’incapacité à s’imposer quoi que ce soit, à faire un effort un peu durable, à se contraindre, à se surmonter… Être veule, ce n’est pas seulement manquer d’énergie ; c’est manquer de volonté et d’exigence. En quoi est-ce un péché capital ? En ceci que la veulerie en entraîne plusieurs autres : la vulgarité, qui est veulerie dans les manières ; l’irresponsabilité, qui est veulerie face à autrui ou à ses devoirs ; la négligence, qui est veulerie dans la conduite ou le métier ; la servilité, qui est veulerie face aux puissants ; la démagogie, qui est veulerie face au peuple ou à la foule… « Il faut suivre sa pente, disait Gide, mais en la remontant. » Le veule préfère la descendre. »  A.C-S. En savoir + 

Sa dédicace :


Ils sont nés un 19 février : Nicolas Copernic (1473), Jacques Dufilho (1914), Falco (1957), Seal (1963), …

Ils nous ont quittés un 19 février : Bon Scott (1980), Charles Trenet (2001),  …

André Breton

19 février 1896 - 28 septembre 1966

Ce qui me rapproche d'André Breton :

« Je serai sérieux comme le plaisir. Les gens ne savent pas ce qu'ils disent. Il n'y a pas de raison de vivre, mais il n'y a pas de raison de mourir non plus. La seule façon qui nous soit laissée de témoigner notre dédain de la vie, c'est de l'accepter. La vie ne vaut pas qu'on se donne la peine de la quitter. »

« Indépendamment de ce qui arrive, n’arrive pas, c’est l’attente qui est magnifique. »

" La poésie se fait dans un lit comme l'amour. Ses draps défaits sont l'aurore des choses."

Dans sa bibliographie :


« Que le don absolu d’un être à un autre, qui ne peut exister sans réciprocité, soit aux yeux de tous la seule passerelle naturelle et surnaturelle jetée sur la vie. »


Résumé :

« L'humour noir est borné par trop de choses, telles que la bêtise, l'ironie sceptique, la plaisanterie sans gravité... (l'énumération serait longue), mais il est par excellence l'ennemi mortel de la sentimentalité à l'air perpétuellement aux abois - la sentimentalité toujours sur fond bleu - et d'une certaine fantaisie à court terme, qui se donne trop souvent pour la poésie, persiste bien vainement à vouloir soumettre l'esprit à ses artifices caducs, et n'en a sans doute plus pour longtemps à dresser sur le soleil, parmi les autres graines de pavot, sa tête de grue couronnée. »  André Breton, 1939.

Recherche associée :

 Ce portrait est pour

Son hommage :